Belgique: 27 coffres-forts repêchés dans un parc public en plein Bruxelles

DECOUVERTE La police fédérale, qui doit analyser leur contenu, va tenter de déterminer leur provenance...

H. B. avec AFP

— 

 Illustration d'un coffre-fort.
Illustration d'un coffre-fort. — S. DE SAKUTIN / AFP

On ne sait pas encore ce qu’ils contiennent… Vingt-sept coffres-forts provenant vraisemblablement d’une série de cambriolages ont été retrouvés jeudi dans les étangs d’un jardin public de Bruxelles, en plein quartier résidentiel huppé, a indiqué une source judiciaire.

Les coffres-forts ont été repêchés par la protection civile et saisis par la police fédérale, qui doit désormais analyser leur contenu éventuel et tenter de déterminer leur provenance. Leur mauvais état permet de déduire qu’ils ont séjourné dans l’eau « un certain temps », a précisé Ine Van Wymersch, porte-parole du parquet de Bruxelles.

« Aucun lien ne peut être établi entre (…) ces coffres-forts et des faits criminels »

« A ce stade aucun lien ne peut être établi entre la découverte de ces coffres-forts et des faits criminels », a souligné dans un communiqué le parquet de Bruxelles, expliquant que celle-ci était le fait d’ouvriers communaux chargés de l’entretien des jardins.

La découverte a eu lieu dans les étangs d’Ixelles, un espace arboré bien connu dans une zone résidentielle huppée de la capitale belge. Elle survient alors que les médias belges sont depuis fin octobre à l’affût de nouvelles révélations sur les tueries du Brabant, une série de braquages qui avait fait 28 morts dans les années 80, traumatisant la Belgique.

>> A lire aussi : La brigade nautique des Alpes-Maritimes trouve trois coffres-forts dans une rivière

Des coffres-forts liés à un «cold case»?

Il y a deux semaines, de nouvelles fouilles ont été effectuées dans un canal du centre du pays après la découverte d’armes et de munitions ayant possiblement appartenu aux tueurs. Il n’y a « aucune indication » laissant penser que la découverte des étangs d’Ixelles puisse être liée à cette affaire criminelle jamais résolue, selon une source judiciaire.

Les coffres-forts semblent plutôt provenir «  de cambriolages dans des maisons, qui seraient le fait d’une bande organisée » ayant ensuite décidé de se débarrasser là d’un matériel encombrant.