«Paradise papers»: Le ministre du Commerce américain fait des affaires avec des proches de Poutine

ENQUETE La grande enquête du consortium international des journalistes d'investigation sur les «Paradise Papers» vise notamment le ministre du Commerce de Trump...

20 Minutes avec AFP

— 

Wilbur Ross, ministre américain du Commerce fait partie des personnalités visées par le scandale d'évasion fiscale des Paradise Papers.
Wilbur Ross, ministre américain du Commerce fait partie des personnalités visées par le scandale d'évasion fiscale des Paradise Papers. — AFP

Encore un proche de Trump éclaboussé par des soupçons de collusion avec la Russie… Le ministre américain du Commerce  Wilbur Ross a gardé des participations dans une société de transport maritime ayant des liens d’affaires étroits avec un oligarque russe visé par des sanctions américaines et un gendre de Vladimir Poutine, selon l’analyse d’une nouvelle fuite de documents liés aux paradis fiscaux.

Il s’agit d’une des principales révélations des « Paradise Papers », nouvelle enquête du Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ) et de médias partenaires, dont les quotidiens américains New York Times, français Le Monde ou britannique The Guardian.

>> A lire aussi : «Paradise papers»: Des dizaines de millions d'euros planqués dans les parais fiscaux

Un ministre qui fait des affaires avec une société ciblée par les sanctions américaines

Ces révélations s’appuient sur une fuite de documents concernant notamment le cabinet international d’avocats basé aux Bermudes Appleby, obtenus par le journal allemand Süddeutsche Zeitung. Selon le New York Times, le ministre du Commerce de Donald Trump a réduit sa participation personnelle dans cette société, Navigator Holdings, lors de sa prise de fonctions en février, mais en contrôle toujours, via des entités offshore, 31 %. Or l’un des principaux clients de Navigator Holdings est la société russe de gaz et produits pétrochimiques Sibur, qui a contribué à hauteur de 23 millions de dollars à son chiffre d’affaires en 2016, écrit Le Monde.

Et parmi les propriétaires de Sibur figurent Guennadi Timtchenko, un oligarque proche du président russe sanctionné par le Trésor américain après l’invasion de la Crimée par Moscou, et Kirill Chamalov, marié à la plus jeune fille de Vladimir Poutine.

La société russe n’était pas touchée par les sanctions à l’époque

« Le secrétaire Ross n’a pas participé à la décision de Navigator de faire affaire avec Sibur », qui « n’était pas sous sanctions à cette époque pas plus que maintenant », a réagi le département du Commerce dans un communiqué transmis à l’AFP. Il n’a en outre « jamais rencontré les actionnaires de Sibur mentionnés », a-t-il ajouté, assurant que le ministre respectait les normes éthiques du gouvernement.

Lors de sa nomination au ministère du Commerce, pour mettre en musique le slogan « l’Amérique d’abord » de Donald Trump, Wilbur Ross avait conclu en janvier un accord avec le Bureau fédéral d’éthique du gouvernement énumérant les partenariats commerciaux qu’il entendait conserver, mais pas le détail des participations qu’il a effectivement gardées, affirme le New York Times.

Soupçons de collusion avec la Russie

Le début de mandat du président américain, un an après son élection, est toujours empoisonné par les enquêtes sur des soupçons de collusion entre son équipe de campagne et la Russie avant l’élection. Appleby, qui se présente comme « l’un des plus grands cabinets d’avocats offshore », avait annoncé fin octobre s’attendre à voir publiées des informations financières pouvant concerner certaines des personnes les plus riches de la planète, après un « incident » informatique. Il avait précisé avoir « reçu des demandes de renseignements » de l’ICIJ, déjà à l’origine du scandale desPanama Papers.

>> A lire aussi : VIDEO. «Panama Papers» : Quel résultat pour le scandale un an après?