Liban: Le Premier ministre, Saad Hariri, annonce sa démission à la surprise générale

DEMISSION Saad Hariri craint d'être assassiné...

20 Minutes avec AFP

— 

Saad Hariri, le 1er septembre 2017 à Paris, lors d'une conférence de presse. (photo d'illustration)
Saad Hariri, le 1er septembre 2017 à Paris, lors d'une conférence de presse. (photo d'illustration) — LUDOVIC MARIN / AFP

Pour une surprise, c’est une surprise ! Dans un discours retransmis à la télévision saoudienne, le Premier ministre libanais Saad Hariri a annoncé ce samedi, à la surprise générale, sa démission en accusant le Hezbollah chiite et son allié iranien de « mainmise » sur le Liban et en affirmant avoir peur d’être assassiné.

« J’annonce ma démission du poste de Premier ministre », a déclaré Saad Hariri, qui se trouve actuellement en Arabie saoudite, dans un discours retransmis par la chaîne satellitaire Al-Arabiya, basée à Dubaï.

Démission surprise

Moins d’un an après sa nomination, cette démission est totalement inattendue. « Je sens que ma vie est visée », a ajouté le désormais ex-Premier ministre libanais, affirmant que le Liban vivait une situation similaire à celle qui prévalait avant l’assassinat en 2005 de son père Rafic Hariri, ex-Premier ministre également.

Quatre membres du Hezbollah sont mis en cause dans ce meurtre qui a ébranlé le Liban alors que le mouvement armé chiite fait partie du gouvernement actuel. Le Hezbollah est un allié crucial du régime de Bachar al-Assad dans la guerre en Syrie voisine. Il est soutenu par Téhéran et est le seul parti libanais à avoir gardé ses armes après la fin de la guerre civile au Liban (1975-1990).

Bête noire d’Israël, le Hezbollah refuse d’abandonner son arsenal, principale pomme de discorde dans le pays. « L’Iran a une mainmise sur le destin des pays de la région (…) Le Hezbollah est le bras de l’Iran non seulement au Liban mais également dans les autres pays arabes », a encore dénoncé Saad Hariri, proche de Ryad. Et « ces dernières décennies, le Hezbollah a imposé une situation de fait accompli par la force de ses armes », a ajouté le Premier ministre démissionnaire, qui lisait son discours derrière un bureau, devant un drapeau libanais.

L’Iran rejette « les accusations sans fondement » du Premier ministre

Le ministère iranien des Affaires étrangères a affirmé samedi « regretter » la démission du Premier ministre libanais Saad Hariri. Le Premier ministre avait annoncé dans la journée sa démission en accusant le mouvement armé Hezbollah et son allié iranien de « mainmise » sur le Liban et en disant craindre pour sa vie.

« La répétition des accusations sans fondement (…) contre l’Iran (…) montre que cette démission est un nouveau scénario pour créer des tensions au Liban et dans la région », a déclaré le porte-parole du ministère Bahram Ghassemi.