Catalogne: Carles Puigdemont dit vouloir se livrer «à la vraie justice» de Belgique, «pas à la justice espagnole»

ESPAGNE L’indépendantiste est prêt à mener campagne de l’étranger…

20 Minutes avec AFP

— 

Le président séparatiste catalan Carles Puigdemont, le 10 octobre 2017 au Parlement.
Le président séparatiste catalan Carles Puigdemont, le 10 octobre 2017 au Parlement. — Manu Fernandez/AP/SIPA

Le président catalan destitué par Madrid Carles Puigdemont a assuré ce vendredi à la télévision belge RTBF qu’il n’allait pas fuir la justice, et a indiqué selon la chaîne sa volonté de se présenter aux élections du 21 décembre.

>> A lire aussi : Crise en Catalogne : «L’incarcération des huit ex-ministres dessert en priorité Madrid»

« Je vais aller à la justice, mais à la vraie justice. (…) J’ai dit à mes avocats d’exprimer à la justice belge que je suis complètement disposé à collaborer », a expliqué, en français, le président déchu de l’exécutif catalan dans un entretien exclusif.

Carles Puigdemont sous le coup de poursuites

A l’opposé, la justice espagnole est « bien évidemment politisée », a-t-il souligné, selon un extrait dévoilé en amont de l’intégralité de l’entretien, dont la diffusion est prévue à partir de 19h30 (18h30 GMT).

Un journaliste de la RTBF a également rapporté le souhait de Carles Puigdemont de se présenter aux élections du 21 décembre, indiquant que l’indépendantiste était prêt à mener campagne de l’étranger.

>> A lire aussi : Huit membres du gouvernement catalan destitué placés en détention provisoire

La justice espagnole devait demander ce vendredi à la Belgique de lui livrer Carles Puigdemont, sous le coup de poursuites après la déclaration d’indépendance de la Catalogne.

Le parquet a en effet demandé à une juge madrilène d’émettre un mandat d’arrêt européen, qui serait alors adressé à la Belgique, où se trouve le dirigeant catalan depuis lundi. Selon Carles Puigdemont, les garanties n’existent pas d'« avoir une sentence juste, indépendante, qui puisse échapper à cette énorme pression, à cette énorme influence de la politique sur le pouvoir judiciaire en Espagne ».