VIDEO. Catalogne: Carles Puigdemont accepte «le défi» des élections et «respectera» le résultat

INDEPENDANCE Le président déchu de Catalogne a voulu « éviter la violence » en partant à Bruxelles…

D. D.

— 

L'ex-président catalan destitué Carles Puigdemont est réfugié à Bruxelles avec cinq membres de son ancien gouvernement.
L'ex-président catalan destitué Carles Puigdemont est réfugié à Bruxelles avec cinq membres de son ancien gouvernement. — EDDY KELELE / AFP

Depuis la capitale belge, Carles Puigdemont, le président destitué de la Catalogne, a vanté ce mardi la « cohérence » de son gouvernement, qui a voulu « éviter la violence » en fuyant la confrontation avec le gouvernement espagnol.

Carles Puigdemont a déclaré qu’il fallait « ralentir » le processus d’indépendance catalane pour éviter des troubles alors que la Catalogne a été mise sous tutelle par Madrid. « Nous avons été obligés d’adapter notre plan de travail pour éviter la violence » et « si cette attitude a pour prix de ralentir le déploiement de la République, alors il faut considérer que c’est un prix à payer raisonnable dans l’Europe du 21e siècle », a-t-il expliqué.

Pas de demande d’asile politique

Il a indiqué qu’il se trouvait en Belgique pour « porter le problème catalan au cœur de l’Europe ». « Je ne suis pas ici pour demander l’asile politique » mais par « liberté et sécurité », a déclaré Puigdemont, au lendemain de l’annonce par le parquet espagnol qu’il lançait des poursuites pour « rébellion » contre le dirigeant séparatiste et son gouvernement. Il n’a pas précisé jusqu’à quand il resterait en Belgique.

« C’est sur le terrain de la démocratie que nous serons les plus forts », a déclaré Carles Puigdemont, faisant référence aux élections du 21 décembre prochain. Le président catalan destitué s’est également adressé au gouvernement espagnol : « Nous respecteront le résultats des élections quels qu’ils soient. Et vous ? »

>> A lire aussi : La population se demande ce que vont faire les indépendantistes destitués

Démis de ses fonctions avec l’ensemble de son équipe par le gouvernement espagnol, Carles Puigdemont est en Belgique depuis lundi alors que ses partisans l’attendaient à Barcelone pour conduire l’opposition de la « République » catalane à sa mise sous tutelle par le gouvernement espagnol.