Israël: Un bar propose un «happy hour» pour les femmes qui ont leurs règles

INITIATIVE A Tel Aviv, l'Anna Loulou Bar offre 25 % de réduction aux femmes pendant la période de leurs règles…

20 Minutes avec agence

— 

Le Ana Loulou Bar à Tel-Aviv propose des réductions aux femmes qui ont leurs règles (illustration)
Le Ana Loulou Bar à Tel-Aviv propose des réductions aux femmes qui ont leurs règles (illustration) — Pixabay

On avait l’habitude du « happy hour », ce moment où les bistrots proposent des tarifs plus avantageux que d’habitude, généralement entre la fin d’après-midi et le début de soirée.

Mais l’Anna Loulou Bar à Tel Aviv (Israël) a décidé de le revisiter à sa manière en proposant le « bloody hour ». Le concept ? Faire bénéficier les femmes de réductions les jours de leurs menstruations, comme l'a repéré France Info.

>> A lire aussi : Paris: Et maintenant, le plan du métro des pintes les moins chères

25 % de réduction

Le principe mis en place par l'établissement est simple. « Nous sommes fières et ravies de lancer la bloody hour (…). 25 % de réduction sur tout le bar, pour toute la nuit les lundis, mardis, mercredis et samedis », est-il expliqué sur le compte Facebook de l’Anna Loulou Bar.

« Comment ça marche ? C’est basé sur la confiance. Vous venez au comptoir, dites que vous avez vos règles et (vous) obtenez 25 % de réduction sur tout ce que vous commandez lors de votre soirée. »

>> A lire aussi : VIDEO. Publicité: Une marque représente (enfin) les règles en rouge plutôt qu'en bleu

Susciter le débat

Interrogées par le journal Haaretz, les deux initiatrices de l’événement, Moran Barir et Dana Etgar, souhaitent accorder « une réduction et de l’attention à quelqu’un. C’est de dire : on te reconnaît, on a conscience de la situation particulière que tu vis actuellement et on veut te faire une faveur. »

Les deux femmes espèrent aussi démythifier et sensibiliser sur la question en permettant, pourquoi pas, d’en parler avec des hommes. Ce n’est pas « seulement une question de filles », soulignent-elles. « C’est un sujet qui embarrasse beaucoup. »