VIDEO. Syrie: Après avoir rejoint Daesh, une famille française veut rentrer en France, quitte à être incarcérée

OPPORTUNISME Cette famille avec trois enfants, dont un bébé d’un an né en Syrie, est retenue prisonnière par des combattants kurdes...

D. D.

— 

Un membre supposé du groupe Etat islamique paradant un drapeau à la main dans les rues de Raqqa en Syrie le 30 juin 2014. (image d'illustration)
Un membre supposé du groupe Etat islamique paradant un drapeau à la main dans les rues de Raqqa en Syrie le 30 juin 2014. (image d'illustration) — - WELAYAT RAQA

Leur califat rêvé n’est plus. Désormais, ils sont à l’ombre d’une cellule dans l’est de la Syrie, sous bonne garde de combattants kurdes. Une famille de djihadistes français a contacté ses proches de l’Hexagone ainsi que son avocat : ils veulent rentrer au pays.

>> A lire aussi : VIDEO. Si des djihadistes sont tués à Raqqa, «c'est tant mieux», estime la ministre Florence Parly

Et acceptent par avance d’être incarcérés en France selon leur avocat William Bourdon qui confie à RTL : « Ils veulent rentrer en France et ils sont prêts à répondre de leurs actes. Ils seront mis en examen et sans doute incarcérés. Ils le savent et trouvent même que c’est normal. Ils savent qu’ils ont fait l’erreur la plus gravissime de leur vie. Et cette lucidité me facilite la tâche. »

Leurs geôliers kurdes devraient vouloir les juger eux-mêmes

Le quai d’Orsay n’a pas encore donné suite à leur demande. La France, qui a annoncé être prête à « rapatrier les mineurs passés par Daesh », ne s’est pas encore prononcée sur le sort des adultes. En l’occurrence, il est fort probable que les combattants kurdes du PKK veuillent les juger eux-mêmes. Florence Parly, la ministre des Armées, avait en tout cas estimé que « c’était tant mieux » si des djihadistes français mourraient dans les combats à Raqqa.