Israël veut renforcer sa politique de démolition de maisons d'assaillants palestiniens

ATTENTAT En 2005, Israël avait arrêté de pratiquer ces démolitions puis les avait reprises en 2014 pour les Palestiniens impliqués dans des attaques meurtrières. Le dispositif devrait être étendu aux assaillants ayant sérieusement blessé des Israéliens…

20 Minutes avec AFP

— 

Les forces israéliennes entourent une maison dans le village de Surif au nord de la Cisjordanie, le 27 juillet 2016.
Les forces israéliennes entourent une maison dans le village de Surif au nord de la Cisjordanie, le 27 juillet 2016. — HAZEM BADER AFP

Le ministre israélien de la Défense a affirmé dimanche son intention d’étendre la politique controversée de démolition de maisons de Palestiniens impliqués dans des attaques meurtrières aux assaillants ayant sérieusement blessé des Israéliens.

Dans un communiqué, Avigdor Lieberman a dit avoir ordonné à l’armée et au ministère de la Défense d'« examiner la possibilité de démolir les maisons de terroristes auteurs d’attaques au cours desquelles des civils israéliens ont été sérieusement blessés ».

« Les maisons de terroristes doivent être démolies »

« Il n’y a aucune différence entre une attaque qui engendre un meurtre et une autre qui provoque une blessure sérieuse », a souligné le ministre. « Dans les deux cas, les maisons de terroristes doivent être démolies », a-t-il déclaré selon ce communiqué.

>> Lire aussi: Cisjordanie: 2.646 nouveaux logements approuvés par Israël

Israël démolit périodiquement les maisons de Palestiniens auteurs d’attaques anti-israéliennes meurtrières. Les détracteurs de cette mesure la dénoncent comme relevant du châtiment collectif et affectant des familles qui se retrouvent à la rue. Le gouvernement israélien défend l’effet dissuasif de ces démolitions pour ceux qui seraient tentés de passer à l’acte.

Reprise des démolitions en 2014

Ces démolitions provoquent souvent des affrontements entre des Palestiniens et les forces de sécurité israéliennes. En 2005, Israël avait arrêté de pratiquer ces démolitions, mais en 2014, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu avait annoncé leur reprise après une vague d’attaques.

Et selon l'ONG israélienne Hamoked, les autorités ont détruit dans le cadre de cette politique, 35 maisons en Cisjordanie occupée et à Jérusalem-Est et en ont scellé sept autres dans les deux territoires entre 2014 et la fin 2016.