Conditions d'élevage, abattage... McDonald's veut améliorer le bien-être de ses poulets

BOUFFE Souvent décriée comme le symbole de la malbouffe, l’entreprise multiplie les initiatives pour redorer son blason…

20 Minutes avec AFP

— 

Un restaurant Mcdonald's, illustration
Un restaurant Mcdonald's, illustration — WOODBRIDGE, ETATS-UNIS
  • McDonald’s demande à ses fournisseurs d’améliorer les conditions d’élevage et d’abattage des poulets.
  • Les fournisseurs doivent se conformer à 8 nouvelles règles avant 2024.
  • Ces changements concernent 70 % des poulets servis par McDonald’s dans ses restaurants à travers le monde.

McDonald’s a demandé vendredi à ses fournisseurs d’améliorer les conditions d’élevage et d’abattage des poulets servis dans ses restaurants, comme leur fournir de la lumière naturelle. La chaîne de fast-food demande également à ce que les poulets disposent de plus de place et d’aliments à picorer.

>> A lire aussi: Le burger végétarien de McDonald's arrive enfin en France

Vers la fin des méthodes d’étourdissement électriques ?

Aux Etats-Unis et au Canada, McDonald’s n’achètera plus que les poulets qui ont été étourdis par mélanges gazeux avant leur abattage, parce que cette méthode comporte une absence de risque de reprise de conscience de l’animal au cours de la saignée. Le groupe conseille ainsi à ses fournisseurs de renoncer aux méthodes d’étourdissement électriques et de faire contrôler leurs pratiques par des auditeurs indépendants.

McDonald’s va pour sa part créer un conseil spécifique qui veillera à l’application de ces règles et s’assurera que la manipulation des volailles n’a pas été brutale. Pour ce faire, le groupe inspectera les ailes qui peuvent être fracturées en cas de brutalité. Les fournisseurs -- Cargill, Tyson Foods -- doivent se conformer à ces nouvelles règles, au nombre de huit, avant 2024. McDonald’s leur demande également d’investir dans de nouvelles technologies pour surveiller la santé des poulets.

70 % des poulets servis concernés par ces changements

Ces changements concernent 70 % des poulets servis par McDonald’s dans ses restaurants à travers le monde. Ces exigences sont de nature à augmenter les coûts pour les fournisseurs qui à leur tour pourraient les répercuter sur McDonald’s, qui pourrait à son tour les faire supporter aux consommateurs. Mais McDonald’s assure qu’il ne va pas augmenter les prix de ses McNuggets.

« En tant qu’une des premières entreprises alimentaires au monde, nous voulons nous servir de notre taille pour impulser des changements sur des problématiques sociétales importantes », a déclaré une porte-parole. La décision du géant du fast-food fait partie d’une série de mesures prises récemment par l’entreprise, souvent décriée comme le symbole de la malbouffe, pour redorer son blason.

Fin août, McDonald’s a annoncé vouloir réduire au cours des prochaines années le traitement aux antibiotiques des poulets servis dans ses restaurants à travers le globe. Depuis l’an dernier, il ne sert déjà plus de poulet élevé aux antibiotiques aux Etats-Unis. Il a également diminué la quantité de matière grasse du lait qu’il offre dans les « Happy Meal », ses menus destinés aux enfants. Ces efforts semblent payer puisque le bénéfice net a flambé de 47,7 % à 1,88 milliard de dollars au troisième trimestre.