L’Arabie Saoudite est devenue le premier pays à accorder la nationalité à un robot. L’événement s’est déroulé à l’occasion de la conférence Future Investment Initiative, qui se tenait à Riyad.

Peu de détails sur la procédure

« Je suis très honorée et fière de cette distinction unique et historique », a déclaré la machine à l’apparence humaine crée par David Hanson. Sophia a même disserté, à l’occasion de la conférence, sur l’avenir de l’intelligence artificielle et sur la façon d’utiliser ses propres capacités.

>> A lire aussi : VIDEO. Italie: Un robot chef d'orchestre dirige un concert philharmonique à Pise

« Je veux vivre et travailler avec les humains, donc j’ai besoin d’exprimer des émotions pour comprendre les humains et construire un climat de confiance avec les gens », a précisé le robot. Les détails du processus qui donnera à la machine sa citoyenneté n’ont pas encore été révélés. On ignore si elle recevra les mêmes droits que les autres citoyens ou si le royaume wahhabite devra développer un système spécifique consacré aux robots.

Polémique autour du droit des « vraies » femmes

Depuis l’annonce de cette première mondiale, un certain nombre de voix s’élèvent, sur les réseaux sociaux, pour dénoncer l’obtention par un robot de davantage de droits que n’en ont des millions de femmes en Arabie Saoudite.

Un utilisateur de Twitter s’interroge ainsi : « Sophia a-t-elle obtenu la permission d’un hypothétique tuteur pour décrocher son passeport saoudien ? » Et de nombreux observateurs ont noté que l’humanoïde ne portait ni hijab, ni foulard, ni manteau, comme l’exige pourtant la loi saoudienne.