Catalogne: Rajoy destitue Puigdemont, dissout le Parlement catalan et annonce des élections anticipées fin décembre

ESPAGNE Revivez les événements de ce vendredi avec nous…

Nicolas Raffin

— 

Le Premier ministre espagnol Mariano Rajoy
Le Premier ministre espagnol Mariano Rajoy — JAVIER SORIANO / AFP

L’ESSENTIEL

  • Les parlementaires catalans pro-indépendance ont voté vendredi après-midi la transformation de la région en un « Etat indépendant ».
  • Mariano Rajoy a annoncé la destitution de Carles Puigdemont, la dissolution du Parlement catalan et la tenue d’élections anticipées dans la région le 21 décembre.
  • Le Sénat a autorisé le gouvernement espagnol à recourir à l’article 155 de la Constitution, qui lui donne des pouvoirs étendus pour mettre la région sous tutelle.

A LIRE AUSSI

>> Les séparatistes ont présenté une résolution pour déclarer l'indépendance

>> L'indépendance ouvrirait «la boîte de Pandore de la dislocation en Europe» ​

>> A quoi sert l'article 155 de la Constitution espagnole ? 

 

21h52 : Ce live est maintenant terminé

Merci d'avoir suivi cette journée avec nous. A demain !

21h10 : Le Canada, pour une « Espagne unie », rejette l’indépendance de la Catalogne
Le Canada a rejeté vendredi la déclaration unilatérale d’indépendance de la Catalogne et appelé au « dialogue » avec Madrid.

« Suivant les principes légaux internationaux reconnus par la Cour suprême du Canada, ces décisions doivent être prises au sein du cadre constitutionnel », a dit Andrew Leslie, secrétaire parlementaire de la ministre des Affaires étrangères Chrystia Freeland. « Etant donné cela, le Canada reconnaît une Espagne unie », a-t-il déclaré à la chambre des Communes.

21h00: «Les partisans du 'pire sera le mieux'» ont «conduit la Catalogne dans l'impasse»

Mariano Rajoy a évoqué «une séquestration de la majorité des Catalans». «Je constate qu'aujourd'hui, au Parlement catalan, se sont imposés les partisans du "pire sera le mieux", ce qui a conduit la Catalogne dans l'impasse (...). L'indépendance déchire, l'indépendance est triste (...). Il s'agit de recouvrer la normalité dès que possible. J'ai dissous le Parlement de Catalogne, et le 21 décembre prochain, des élections autonomes auront lieu.» 

Ainsi, les ministères du gouvernement central assumeront les pouvoirs de l'administration catalane. Le chef de la police de Catalogne est également destitué. Par ailleurs, le Premier ministre cherche à obtenir la nullité de la déclaration unilatérale d'indépendance. 

20h53: Madrid veut «éviter que ceux qui étaient jusqu'à maintenant responsables de (l'exécutif catalan) puissent poursuivre leur escalade de désobéissance»

La destitution de Puigdemont, la dissolution du Parlement catalan et l'organisation d'élections anticipées «sont les premières mesures que nous mettons en marche pour éviter que ceux qui étaient jusqu'à maintenant responsables de (l'exécutif catalan) puissent poursuivre leur escalade de désobéissance», a déclaré Mariano Rajoy à l'issue d'un Conseil des ministres.

20h26: Mariano Rajoy annonce la dissolution du Parlement catalan et la tenue d'élections anticipées

«Le non-sens s'est imposé à la loi et à détriot la démo en Catalogne, sans respecter le droit de la majorité», a déclaré Mariano Rajoy. Le chef du gouvernement espagnol a annoncé la destitution de Carles Puigdemont, la dissolution du parlement catalan et la tenue d'élections anticipées dans la région le 21 décembre. 

20h21: «C’est une journée triste», lance Rajoy

Mariano Rajoy s’est exprimé à l’issue du conseil des ministres exceptionnel. 

20h17: L'UE oppose une fin de non-recevoir aux indépendantistes catalans

L'Union européenne s'est refusée à reconnaître l'indépendance unilatéralement proclamée par le Parlement de Catalogne, réitérant sans surprise son soutien ferme à Madrid.

«Pour l'UE, rien ne change. L'Espagne reste notre seule interlocutrice», a assuré Donald Tusk, le président du Conseil de l'UE, qui représente les 28 Etats membres.

Donald Tusk a néanmoins exhorté le gouvernement espagnol à «privilégier la force de l'argument à l'argument de la force», dans un message de réaction sur son compte Twitter.

19h38: La maire de Paris ne valide pas non plus

 

19h22: Paris «ne reconnaît pas» la déclaration d'indépendance de la Catalogne 

La France «ne reconnaît pas la déclaration d'indépendance que le parlement catalan vient d'adopter», a indiqué le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian.

«La constitution de l'Espagne doit être respectée. C'est donc dans ce cadre, qui est celui de l'Etat de droit, que la question de la Catalogne doit être envisagée. C'est la raison pour laquelle la France ne reconnaît pas la déclaration d'indépendance que le parlement catalan vient d'adopter», a déclaré le ministre, cité dans un communiqué.

18h46: Le parquet poursuivra le président catalan pour rébellion

Le parquet général d'Espagne engagera la semaine prochaine une procédure judiciaire contre Carles Puigdemont pour «rébellion», a indiqué un porte-parole du ministère public.

«Le parquet présentera une plainte la semaine prochaine pour rébellion contre Carles Puigdemont», un délit puni d'une peine de prison allant jusqu'à 30 ans.

Cette procédure pourrait «peut-être être élargie au reste du gouvernement catalan et au bureau des présidents» de l'assemblée catalane, a indiqué cette source.

18h41: L'entraîneur du Barça ne souhaite pas s'exprimer sur le sujet

L'entraîneur du FC Barcelone Ernesto Valverde n'a pas voulu parler de la situation en Catalogne. «Nous nous concentrons sur le sport, chacun a sa responsabilité, dans mon cas je suis l'entraîneur de Barcelone et je vais essayer de faire gagner mon équipe», a éludé Valverde.

Le technicien a insisté sur le fait qu'il suivait l'évolution de la situation «comme tout le monde», avec sa propre opinion, «mais j'aimerais que nous nous concentrions sur la question sportive», a-t-il demandé aux journalistes.

18h27: Londres «ne reconnait et ne reconnaitra pas» non plus l'indépendance de la Catalogne

18h25: Pendant ce temps à Barcelone...

 

18h20: Berlin ne reconnait pas la déclaration d'indépendance, selon un porte-parole de la chancellerie

«Le gouvernement allemand voit l'agravation de la situation en Catalogne avec inquiétude. La souverainité et l'intégrité territoriale de l'Espagne sont et restent inviolables», ainsi le gouvernement «ne reconnait pas une telle déclaration d'indépendance», a affirmé sur Twitter Steffen Seibert.

 

18h01 : Emmanuel Macron soutient Mariano Rajoy

En déplacement en Guyane, le président de la République a assuré son « plein soutien » au Premier ministre espagnol. 

17h53 : Le Premier ministre belge appelle à trouver une solution pacifique

Charles Michel explique qu'une crise politique « ne peut être résolue que par le dialogue ». Il demande également le respect de l'ordre « national et international ». 

 

17h29 : Les Barcelonais en nombre dans la rue 

Notre reporter Antonin Vabre est à Barcelone, au milieu des Barcelonais venus célébrer la proclamation d'indépendance: 

 

17h04 : Les Etats-Unis affirment que la Catalogne « fait partie intégrante » de l’Espagne

Le département d’Etat américain poursuit en expliquant que les Etats-Unis « soutiennent les mesures constitutionnelles prises par le gouvernement espagnol pour que l’Espagne reste forte et unie ».

 

16h45 : L'appel au calme de Carles Puigdemont 

Le président de la Catalogne appelle les Catalans à rester « pacifiques » et « civiques ». 

16h35 : Le texte de la résolution du parlement de Catalogne 

 

16h30 : Mariano Rajoy annonce la tenue d'un conseil des ministres à 18h 

 

16h26 : Le président du Conseil européen Donald Tusk rejette la proclamation d'indépendance de la Catalogne

« Pour l'Union européenne, rien ne change. L'Espagne reste notre seul interlocuteur. J'espère que le gouvernement espagnol privilégiera le dialogue plutôt que la force ». 

 

16h21 : Les indépendantistes majoritaires au parlement catalan 

Comme le montre l'infographie de l'AFP, les parlementaires pro-indépendance possédent 72 sièges sur 135 au parlement de Catalogne. La résolution proclamant l'indépendance a été adoptée par 70 voix pour, 10 voix contre, et deux abstentions. Le reste des élus, opposés à l'indépendance, n'a pas pris part au vote. 

 

16h15 : Le Sénat espagnol autorise la mise sous tutelle de la Catalogne

Les sénateurs ont décidé de mettre en oeuvre l'article 155 de la Constitution. Une disposition juridique très particulière qu'on vous explique ici

16h07 : Les parlementaires catalans ont chanté l'hymne de la Catalogne

Après le vote, les élus ont entonné « Els Segadors » (Les moissonneurs), une chanson devenue l'hymne officiel de la région en 1993. 

 

16h05 : « Nous avons gagné la liberté de construire un nouveau pays »

Le vice-président de la Catalogne s'est réjouit du vote des parlementaires en faveur de l'indépendance. « Oui, Nous avons gagné la liberté de construire un nouveau pays » écrit Oriol Junqueras sur Twitter. 

 

15h58 : La réaction de Mariano Rajoy

Le chef du gouvernement espagnol appelle au calme et affirme que l'Etat de droit «sera restauré» en Catalogne. 

 

15h56 : Carles Puigdemont a participé au vote

Le président de la région catalane avait refusé jeudi de convoquer des élections anticipées. 

 

Le parlement de Catalogne a adopté vendredi une résolution déclarant que la région était désormais un « Etat indépendant prenant la forme d'une République », avant d'entonner l'hymne indépendantiste, en l'absence de l'opposition. La crise espagnole est loin d’être terminée.