Virus «Bad Rabbit»: Près de 200 organisations touchées, surtout en Russie et en Ukraine

MALWARE Ce nouveau logiciel de rançon se présente sous la forme d’un programme d’installation du logiciel « Adobe Flash »…

20 Minutes avec AFP

— 

En juin dernier, une cyberattaque utilisant le rançongiciel « NotPetya » touchait le monde entier. (image d'illustration)
En juin dernier, une cyberattaque utilisant le rançongiciel « NotPetya » touchait le monde entier. (image d'illustration) — Oleg Reshetnyak/AP/SIPA

Près de 200 organisations, surtout en Russie et en Ukraine, ont été affectées par le virus informatique Bad Rabbit, quatre mois après la cyberattaque mondiale NotPetya qui avait démarré dans ces deux pays, a indiqué ce mercredi la société spécialisée Kaspersky Lab.

Selon la société russe de sécurité informatique, « presque 200 cibles ont été touchées », principalement en Russie mais aussi en Ukraine et, dans une moindre mesure, en Turquie et en Allemagne.

>> A lire aussi : VIDEO. Plusieurs grandes entreprises victimes d'une cyberattaque mondiale

Kaspersky Lab, qui indique que l’attaque a démarré ce mardi matin, ajoute que les victimes ont « manuellement installé » le virus, qui se présentait sous la forme d’un programme d’installation du logiciel Adobe Flash pour contaminer les ordinateurs. Plusieurs médias russes ont été touchés dont Fontanka, le principal site d’information de Saint-Pétersbourg (nord-ouest), et l’agence de presse Interfax.

Dans la lignée des virus NotPetya et Wannacry

En Ukraine, le fonctionnement des systèmes informatiques de l’aéroport international d’Odessa (sud) a été affecté. Fin juin, une cyberattaque au ransomware (logiciel de rançon), provoquée par le virus informatique NotPetya et qui avait commencé en Russie et en Ukraine, avait touché des milliers d’ordinateurs dans le monde.

Avant cela, le 12 mai, le virus Wannacry avait affecté des centaines de milliers d’ordinateurs dans le monde entier, paralysant notamment les services de santé britanniques et des usines du constructeur automobile français Renault. Ses auteurs réclamaient eux aussi une rançon pour débloquer les appareils.