Le sénateur républicain Jeff Flake s'exprime devant le Sénat américain, le 24 octobre 2017.
Le sénateur républicain Jeff Flake s'exprime devant le Sénat américain, le 24 octobre 2017. — AP/SIPA

ETATS-UNIS

VIDEO. Coup de tonnerre à Washington, deux sénateurs républicains accusent Trump d'être un «danger pour la démocratie»

Signe du malaise chez les républicains, l’ancien président George W. Bush lui-même a exprimé son inquiétude face à la « cruauté » et « l’intolérance » ambiantes...

  • Le sénateur de l’Arizona Jeff Flake a annoncé à la surprise générale qu’il renonçait à se représenter à cause de la politique délétère sous l’ère Trump.
  • « Le président a de grandes difficultés avec la vérité, sur de nombreux sujets », a renchéri un autre élu républicain, Bob Corker.
  • Avec John McCain, ils font pression sur leurs collègues, qui jusqu’à présent ont préféré faire le dos rond face aux excès présidentiels.

Une situation jamais vue « depuis la procédure de destitution de Nixon », selon le journaliste de CNN Jake Tapper. Deux sénateurs républicains ont spectaculairement dénoncé Donald Trump mardi, étrillant dans un feu d’artifice de critiques un président « dangereux pour la démocratie » et adepte des « contre-vérités ».

>> A lire aussi : Avec Trump, les Etats-Unis risquent «la Troisième Guerre mondiale», estime un sénateur républicain

La journée devait être placée sous le signe de l’unité du parti majoritaire, avec un rare déplacement du dirigeant au Capitole pour promouvoir un projet de grande baisse d’impôts. Mais Donald Trump a commencé par échanger - une nouvelle fois - des noms d’oiseaux, sur Twitter, avec le président de la commission des Affaires étrangères, Bob Corker, devenu ces dernières semaines l’un des élus républicains les plus critiques du locataire de la Maison Blanche.

Donald Trump « dangereux pour la démocratie »

Puis, comme si la majorité ne tanguait pas suffisamment, le sénateur de l’Arizona Jeff Flake a annoncé à la surprise générale qu’il renonçait à briguer un nouveau mandat lors des législatives de novembre 2018, justifiant son départ par la politique délétère sous l’ère Trump.

Refusant d’être « complice », Jeff Flake a décrit, la gorge nouée, pourquoi le président étant « dangereux pour la démocratie ». Indécence, mépris de la vérité, provocations « mesquines » et pour raisons purement personnelles : « Nous devons arrêter de faire comme si le comportement de certains au sein du pouvoir exécutif était normal », a-t-il dit. « Il n’est pas normal », a martelé Jeff Flake. « Je ne serai ni complice ni silencieux », a-t-il ajouté.

Et l’élu d’Arizona de critiquer la complicité de son propre parti, dévoré par une vague de « colère et de ressentiment », et où il estime n’avoir plus sa place en tant que républicain pro-immigration et attaché au libéralisme économique. Il était menacé sur sa droite aux primaires de l’an prochain, notamment par une candidate encouragée par Donald Trump.

« Les contre-vérités permanentes, les insultes (…) c’est tout ce qui restera »

Bob Corker, sénateur du Tennessee, a aussi libéré sa parole à la suite de sa décision récente de ne pas briguer de nouveau mandat. Contrairement à Jeff Flake, il avait soutenu Donald Trump lors de la campagne présidentielle.

« Poids-plume » et « incompétent », a tweeté Donald Trump à son encontre mardi. « Mêmes contre-vérités d’un président pas digne de confiance », lui a répondu M. Corker sur le réseau social.

« Le président a de grandes difficultés avec la vérité, sur de nombreux sujets », a poursuivi l’élu du Tennessee sur CNN. « Quand son mandat sera terminé, l’avilissement de notre pays, les contre-vérités permanentes, les insultes (…) c’est ce qui restera et c’est regrettable ».

George W. Bush inquiet face à la « cruauté » et « l’intolérance » ambiantes

Ces sénateurs forment désormais, avec John McCain, une sorte de trio tenant tête au successeur de Barack Obama. En rompant avec lui au nom des principes, ils font pression sur leurs collègues, qui jusqu’à présent ont préféré faire le dos rond face aux excès présidentiels et rester ostensiblement concentrés sur le fond des réformes.

Même l’ancien président George W. Bush, dans des termes à peine voilés, a la semaine dernière exprimé son inquiétude face à la « cruauté » et « l’intolérance » ambiantes.

A gauche, les collègues démocrates de Jeff Flake lui ont rendu hommage. « Il est tragique que la politique républicaine soit devenue si toxique et insensée que Jeff Flake ne puisse pas "en conscience" se représenter », a réagi le sénateur Tim Kaine, ancien colistier d’Hillary Clinton.

« Tout ce que vous voyez tous les jours sur Twitter, faut pas y penser »

A la Maison Blanche, la porte-parole Sarah Sanders a justifié ainsi la persistance de Donald Trump à répondre à chaque critique : « Les habitants de ce pays n’ont pas élu quelqu’un de faible, ils ont voulu quelqu’un qui soit fort et qui, quand il est frappé, va répondre ».

L’atmosphère est donc loin d’être apaisée alors que s’ouvre le chantier le plus crucial de la fin d’année : la réforme de la fiscalité. Après l’échec de l’abrogation de la réforme de la couverture maladie de Barack Obama, les républicains n’ont pas le droit à l’erreur. « Nos baisses d’impôts vont restaurer l’avantage compétitif de l’Amérique », a martelé Donald Trump, répétant que les Etats-Unis étaient l’un des pays les plus imposés au monde.

Pour y parvenir, les chefs du Congrès tentent de faire abstraction des accrochages. « Tout ce que vous voyez tous les jours sur Twitter, faut pas y penser », a lâché Paul Ryan, président de la Chambre. « Je ne sais pas combien de fois je dois me répéter, il y a beaucoup de bruit de fond, (…) dans ce pays tout le monde a le droit de s’exprimer », a commenté sèchement Mitch McConnell, l’homme fort du Sénat.