Droits de l'Homme: Macron ne veut «pas donner de leçons» au président égyptien

DIPLOMATIE Le président français affirme qu'il ne faut pas «donner des leçons hors de tout contexte»...

20 Minutes avec AFP

— 

Emmanuel Macron et son homologue égyptien, à l'Elysée
Emmanuel Macron et son homologue égyptien, à l'Elysée — VILLARD/SIPA
  • Le président français a rencontré ce mardi pour la première fois depuis son élection son homologue égyptien.
  • Emmanuel Macron a indiqué ne pas vouloir lui « donner de leçons » sur les droits de l’Homme.

Le président français Emmanuel Macron a déclaré ce mardi ne pas vouloir « donner de leçons » sur les droits de l’Homme à son homologue égyptien Abdel Fattah al-Sissi, pointé du doigt par des ONG pour son bilan « catastrophique » en la matière.

>> A lire aussi : Al-Sissi en France: Les ONG dénoncent la visite du président égyptien

« De la même façon que je n’accepte qu’aucun autre dirigeant ne me donne des leçons sur la manière de gouverner mon pays (…), je crois à la souveraineté des Etats », a déclaré Emmanuel Macron, en appelant à « ne pas donner des leçons hors de tout contexte ».

«Coopération très étroite »

« Je suis conscient du contexte sécuritaire. Le président Sissi a un défi, la stabilité de son pays, la lutte contre les mouvements terroristes, contre un fondamentalisme religieux violent. C’est le contexte dans lequel il doit gouverner, nous ne pouvons en faire abstraction », a déclaré le président français, qui rencontrait pour la première fois son homologue égyptien depuis son élection.

S’il a souligné que le combat contre le terrorisme devait « impérativement être mené dans le respect de l’Etat de droit et des droits de l’Homme », le président français a surtout insisté sur « la coopération très étroite » liant la France et  ’Égypte, et le partenariat entre les deux pays.

« Nous sommes contre la violence et avec les droits de l’Homme »

« La France se tient aux côtés de l’Égypte car la sécurité de ce pays ami, c’est aussi notre propre sécurité », a-t-il insisté, résumant la stratégie de Paris qui considère l’Égypte comme le principal rempart contre le terrorisme  au  Moyen-Orient. Selon son entourage, le président français a évoqué pendant sa rencontre avec Abdel Fattah al-Sissi une quinzaine de cas individuels de militants et journalistes égyptiens opprimés.

« Le peuple égyptien refuse toute pratique violente ou la dictature et le non-respect des droits de l’homme, mais je suis responsable de 100 millions de personnes dans une région que l’extrémisme a failli transformer en un endroit pour exporter le terrorisme dans le monde entier », a déclaré pour sa part le président Sissi. « Nous sommes contre la violence et avec les droits de l’Homme », a-t-il ajouté, réitérant que ses forces de sécurité « ne pratiquaient pas la torture ».

>> A lire aussi : En Egypte, François Hollande rappelle l'importance des droits de l'Homme

De nombreuses  ONG accusent le gouvernement du président Sissi d’être responsable de « la pire crise des droits humains qu’ait connue l’Égypte depuis des décennies ». Elles dénoncent régulièrement les arrestations massives, les condamnations à mort, l’usage à grande échelle de la torture et les persécutions contre les homosexuels.

Contrats d’armement avec la Fran e

Paris  et  Le Caire entretiennent d’excellentes relations sécuritaires et commerciales. Depuis 2015, l’Égypte a conclu des contrats d’armement avec la France pour plus de six milliards d’euros, comprenant notamment 24 avions de combat Rafale, une frégate, deux porte-hélicoptères Mistral et des missiles.