Al-Sissi en France: Les ONG dénoncent la visite du président égyptien

ELYSEE L’Egypte, quatrième client de la France en équipements militaires sur la dernière décennie, est accusée de criminaliser les «défenseurs des droits de l’homme»...

20 Minutes avec AFP

— 

Le président égyptien Abdel-Fattah el-Sissi (centre) passe en revue une troupe de g
ardes d'honneur en compagnie du ministre français de la Défense Florence Parly.
Le président égyptien Abdel-Fattah el-Sissi (centre) passe en revue une troupe de g ardes d'honneur en compagnie du ministre français de la Défense Florence Parly. — Thibault Camus / POOL / AFP

La visite en France du président égyptien Abdel Fattah al-Sissi est dénoncé par les ONG pour son bilan « catastrophique » en matière de droits de l’Homme. Emmanuel Macron le rencontrera ce mardi à l’Elysée pour la première fois depuis qu'il a été élu président en mai dernier.

>> A lire aussi : L'Egypte confirme une condamnation à vie contre l'ex-président Morsi

Cette entrevue est considérée comme un test crucial pour mettre fin à la « scandaleuse tolérance » de Paris envers le Caire.

Le chef d'Etat égyptien effectue à partir de ce lundi une visite officielle de trois jours en France. Cette dernière, qui entretient d’excellentes relations commerciales et sécuritaires avec l’Egypte, vue comme un « rempart » contre le terrorisme dans une région en constante ébullition, a promis que la situation en matière de droits de l’homme serait abordée à l’occasion de cet entretien.

« La pire crise des droits humains depuis des décennies »

Mais plusieurs ONG, dont Human Rights Watch, Amnesty International, la FIDH et Reporters sans frontières, sont montées au créneau pour rappeler que l’Egypte connaît « la pire crise des droits humains depuis des décennies » et réclamer à la France des signes concrets pour mettre fin à son « silence », voire sa « tolérance » vis-à-vis de cette situation.

Elles appellent Emmanuel Macron à demander au président égyptien « de mettre un terme à la campagne de criminalisation des défenseurs (des droits humains) et à cesser de les poursuivre en raison de leurs activités légitimes et pacifiques ».