Royaume-uni: La menace terroriste a bondi de façon «spectaculaire», selon les services de renseignements

TERRORISME Quelque 379 personnes liées au terrorisme ont été arrêtées entre juin 2016 et juin 2017…

20 Minutes avec AFP
— 
Le niveau d'alerte terroriste a été relevé à «critique» au Royaume-Uni le 15 septembre 2017 après un attentat dans le métro de Londres qui a fait 29 blessés.
Le niveau d'alerte terroriste a été relevé à «critique» au Royaume-Uni le 15 septembre 2017 après un attentat dans le métro de Londres qui a fait 29 blessés. — D. Haria/Shutters/SIPA

La cadence et l’ampleur des projets terroristes se sont accélérées de façon « spectaculaire » au Royaume-Uni, certains se nouant en quelques jours seulement, a déclaré mardi le chef du MI5, le service de renseignement britannique.

« Nous avons vu une augmentation spectaculaire de la menace cette année. En 34 ans de carrière, c’est le rythme le plus élevé que j’ai connu », a déclaré Andrew Parker, directeur du MI5. « Vingt attaques terroristes ont été déjouées au cours des quatre dernières années », a-t-il dénombré, et « ces sept derniers mois, nos services et les services de police ont déjoué sept attaques terroristes par des islamistes dont le but était de tuer et de mutiler ».

« Entre la conception et la commission d’une action, il peut se passer seulement quelques jours »

Depuis le début de l’année, cinq attentats ont été commis au Royaume-Uni : quatre à Londres, et un à Manchester. « Entre la conception et la commission d’une action, il peut se passer seulement quelques jours. Ce rythme, et la façon qu’ont les extrémistes d’utiliser Internet rendent les menaces plus difficiles à détecter et nous laissent une plus courte fenêtre de tir pour agir », a-t-il déclaré.

« L’échelle à laquelle nous opérons est plus grande que jamais. Nous menons actuellement plus de 500 opérations de surveillance concernant environ 3.000 individus connus pour être impliqués d’une façon ou d’une autre dans des activités terroristes », a-t-il dit. « En plus de ceux que nous surveillons aujourd’hui, le risque peut aussi venir de personnes revenues d’Irak et de Syrie et il y a aussi les plus de 20.000 personnes que nous avons déjà passées au crible dans nos enquêtes terroristes passées. Et il y aura des extrémistes violents que nous ne connaissons pas encore », a-t-il prévenu. « Nous ne pouvons espérer tout empêcher », a admis le chef des services de renseignement, malgré un nombre record d’arrestations liées au terrorisme : 379 personnes de juin 2016 à juin 2017.