Jean-Claude Juncker et Theresa May devant Downing Street, à Londres, le 26 avril 2017.
Jean-Claude Juncker et Theresa May devant Downing Street, à Londres, le 26 avril 2017. — Justin TALLIS / AFP

EUROPE

Brexit: Jean-Claude Juncker et Theresa May conviennent d'«accélérer les efforts» pour trouver un accord

Après des discussions décevantes au mois de septembre, les choses semblent s’accélérer…

Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker et la Première ministre britannique Theresa May sont convenus lundi « d’accélérer les efforts dans les mois à venir » pour un accord sur le Brexit.

>> A lire aussi : Brexit: Theresa May va-t-elle limoger Boris Johnson après ses propos?

Dans un communiqué diffusé à l’issue d’un dîner de travail à Bruxelles, Jean-Claude Juncker et Theresa May ont indiqué « s’être penchés sur les avancées faites jusqu’ici » depuis l’ouverture des négociations pour une sortie du Royaume-Uni de l’UE et ont dit « avoir convenu d’accélérer les efforts dans les mois à venir ».

Une impression d’urgence 

La visite de Theresa May à Bruxelles avait été annoncée dimanche soir, pour faire le point sur les négociations menées avec Londres visant à préparer la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne, ce juste avant un sommet de l’UE à Bruxelles jeudi et vendredi consacré en partie à cette question. Même si Downing Street avait insisté sur le fait que cette réunion était prévue depuis des semaines, la venue de la Première ministre à Bruxelles avait dégagé une impression d’urgence, après un dernier round de discussions décevantes sur le Brexit.

>> A lire aussi : Brexit: «Maintenant il faut payer», lance Bruno Le Maire au Royaume-Uni

Theresa May était accompagnée par le ministre britannique chargé du Brexit David Davis, et Michel Barnier, négociateur en chef du Brexit pour l’UE, était aussi convié à la rencontre. Dans leur communiqué conjoint, Theresa May et Jean-Claude Juncker ont indiqué avoir eu « des échanges étendus et constructifs sur les défis européens et mondiaux actuels », dont leur « intérêt commun pour préserver l’accord sur le nucléaire iranien » et « leur travail pour renforcer la sécurité des citoyens en Europe, notamment en combattant le terrorisme ».