Des pirates nord-coréens ont dérobé des centaines de documents militaires sud-coréens

PIRATAGE Parmi ces documents figurent le Plan Opérationnel 5015, le dernier plan d’action américano-sud-coréen conçu dans l’éventualité d’une guerre avec le Nord...

20 Minutes avec AFP

— 

L'Armée populaire de Corée (APC) en septembre 2017
L'Armée populaire de Corée (APC) en septembre 2017 — KIM WON-JIN / AFP

Des pirates informatiques ont volé des centaines de documents militaires sud-coréens classifiés, y compris des plans d’action élaborés avec Washington dans l’éventualité d’une guerre, rapporte un quotidien sud-coréen.

Le Chosun Ilbo relate en citant le député du Parti démocrate au pouvoir Rhee Cheol-Hee que des pirates nord-coréens sont parvenus à entrer sur l’intranet de l’armée en septembre 2016 et y ont saisi 235 gigabytes de données sensibles.

Un plan d’action américano-sud-coréen dans l’éventualité d’une guerre avec le Nord

Parmi ces documents figurent le Plan Opérationnel 5015, le dernier plan d’action américano-sud-coréen conçu dans l’éventualité d’une guerre avec le Nord, qui comporte notamment des projets d’attaques pour supprimer le dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un.

>> A lire aussi : Nommée au bureau politique, la sœur de Kim Jong-un devient la femme la plus influente du pays

Rhee Cheol-Hee n’était pas joignable dans l’immédiat. Mais son bureau a indiqué qu’il avait été correctement cité par le journal.

Ces informations sont rendues publiques au moment où les tensions sont très élevées sur la péninsule, du fait des échanges de menaces répétées entre le président américain Donald Trump et la Corée du Nord, qui poursuit ses programmes nucléaires et balistiques en dépit des sanctions internationales.

Séoul reste muette

Rhee Cheol-Hee a indiqué que selon le ministère de la Défense, 80 % des documents manquants devaient encore être identifiés. Mais le plan d’urgence des forces spéciales a été volé, a-t-il dit, de même que des détails sur les exercices militaires annuels américano-sud-coréens et des informations sur des installations militaires clés et des centrales électriques. Un porte-parole de l’armée sud-coréenne s’est refusé à confirmer ou infirmer ces informations, au nom du secret défense.

>> A lire aussi : La Chine s’interroge sur l’après Kim Jong-un

A Washington, un porte-parole du ministère américain de la Défense, le colonel Robert Manning, a indiqué être au courant de ces informations, mais s’est abstenu de les démentir ou de les confirmer. « Je peux vous assurer que nous avons toute confiance dans la sécurité de nos plans opérationnels et notre capacité à réagir à toute menace de la part de la Corée du Nord », a-t-il indiqué au cours d’un point de presse.

« Je ne dirai pas si ce (piratage) s’est produit ou pas », a-t-il dit. « Ce que je vous dirai, c’est que l’Alliance américano-sud-coréenne, qui est une entité bilatérale, est supposée traiter ce genre de problèmes et servir de protection contre eux ».