VIDÉO. Affaire Harvey Weinstein: Trump n'est «pas surpris» qu'il soit accusé de harcèlement sexuel

CINEMA Le président américain a laissé entendre qu’il était au courant des agissements du célèbre producteur de Hollywood…

N.Se avec AFP

— 

Donald Trump a déclaré le 7 octobre 2017 ne pas être surpris par les accusations selon lesquelles le puissant producteur hollywoodien Harvey Weinstein aurait harcelé sexuellement des femmes.
Donald Trump a déclaré le 7 octobre 2017 ne pas être surpris par les accusations selon lesquelles le puissant producteur hollywoodien Harvey Weinstein aurait harcelé sexuellement des femmes. — Manuel Balce Ceneta/AP/SIPA

Le président américain n’en finira-t-il donc jamais de nous estomaquer ? « Je connais Harvey Weinstein depuis très longtemps, je ne suis pas du tout surpris de voir cela », a confié Donald Trump samedi aux journalistes, faisant référence aux accusations selon lesquelles le puissant producteur hollywoodien Harvey Weinstein aurait harcelé sexuellement des femmes pendant près de trente ans. C’était un secret bien connu à Hollywood et apparemment du chef d’Etat lui-même.

Harvey Weinstein s’était mobilisé pour la campagne de Hillary Clinton

Une enquête du New York Times a affirmé jeudi que le producteur de Gangs of New York et de Shakespeare in love était accusé par plusieurs femmes, dont les actrices Ashley Judd et Rose McGowan, d’avoir tenté de les masser, de les avoir forcées à le regarder nu ou d’avoir promis de les aider dans leur carrière contre des faveurs sexuelles.

Harvey Weinstein étant un fervent démocrate et l’organisateur d’une levée de fonds pour l’ex-candidate à la présidentielle Hillary Clinton. Résultat : les républicains jubilent. De nombreux élus démocrates ont promis, après l’éclatement du scandale, de reverser les donations de Harvey Weinstein à des organisations caritatives.

Donald Trump botte en touche concernant son propre scandale sexuel

Des républicains qui semblent avoir la mémoire courte. Donald Trump avait lui-même été au centre d’un scandale sexuel l’an dernier après la publication d’une vidéo le montrant tenir des propos obscènes pour décrire des femmes. Interrogé à nouveau samedi sur cette vidéo, il a répété qu’il ne s’agissait, selon lui, que de « propos de vestiaires ».