Rohingyas: Les rebelles soulignent que leur trêve s'achève lundi soir

REPRESSION Le cessez-le-feu unilatéral avait été proclamé le 10 septembre dernier... 

M.A. avec AFP

— 

Les garde-cotes du Bangladesh ont decouvert jeudi les corps sans vie de 26 Rohingyas, parmi lesquels de nombreux enfants, dont les bateaux ont chavire alors qu’ils fuyaient les violences en Birmanie.
Les garde-cotes du Bangladesh ont decouvert jeudi les corps sans vie de 26 Rohingyas, parmi lesquels de nombreux enfants, dont les bateaux ont chavire alors qu’ils fuyaient les violences en Birmanie. — SIPA
  • Les Rohingyas, musulmans, constituent l’une des minorités de Birmanie, à majorité bouddhistes.
  • Depuis des décennies, ils sont victimes de discriminations au point d’être considérés par l’ONU comme l’une des minorités les plus persécutées au monde.
  • Une nouvelle vague de tensions entre musulmans et bouddhistes, commencée le 25 août dernier, aggrave leur situation.

Les activistes rohingyas dont les attaques fin août en Birmanie avaient déclenché une campagne de répression de l’armée ont souligné ce samedi que le cessez-le-feu unilatéral d’un mois, qu’ils avaient déclaré le 10 septembre, s’achevait dans deux jours, tout en disant rester ouverts à la paix.

Dans un communiqué publié sur son fil Twitter, l’Armée du salut des Rohingyas de l’Arakan (ARSA) explique que la trêve s’achèvera le 9 octobre à minuit. « La pause humanitaire a été décidée afin de permettre aux acteurs humanitaires d’évaluer et de répondre à la crise humanitaire en Arakan », l’actuel Etat Rakhine dans l’ouest de la Birmanie, selon ce communiqué.

>> A lire aussi : VIDEOS. Birmanie: Six questions pour mieux comprendre la tragédie des Rohingyas, victimes de nettoyage ethnique

« Si, à n’importe quelle étape, le gouvernement birman se montre ouvert à la paix, alors l’ARSA y fera bon accueil et agira en réciprocité ».

« La solution est dans la négociation, pas en se massacrant et en se mutilant les uns les autres »

Dans les camps de réfugiés du Bangladesh, la prochaine fin du cessez-le-feu était accueillie avec une certaine circonspection. Des Rohingyas interrogés par l’AFP redoutaient une nouvelle flambée de violences qui relancerait l’exode vers ce pays pauvre et y aggraverait la crise humanitaire. « L’armée (birmane) et l’ARSA devraient s’asseoir à une même table. La solution est dans la négociation, pas en se massacrant et en se mutilant les uns les autres », a déclaré Mohammed Idriss, réfugié du camp de Kutupalong.

>> A lire aussi : Rohingyas en Birmanie: La situation de la minorité la plus persécutée au monde s'aggrave encore

Des attaques coordonnées de plusieurs dizaines de postes-frontières birmans le 25 août par des rebelles rohingyas avaient déclenché une opération de répression de l’armée birmane qui a suscité la fuite de plus d’un demi-million de réfugiés rohingyas depuis le nord de l’Etat Rakhine vers le Bangladesh voisin. Cela représente la moitié de cette communauté musulmane apatride d’un million de personnes, installée en Birmanie depuis des décennies. Dans son communiqué, l’ARSA, apparue il y a quelques mois, affirme avoir aidé à fournir « un passage sûr » aux réfugiés fuyant vers le Bangladesh.

L’exode des Rohingyas vers le Bangladesh a repris à grande échelle cette semaine

L’ONU juge que l’armée birmane et les milices bouddhistes se livrent à une épuration ethnique contre la minorité musulmane. Accusée d’incendier des villages pour inciter les Rohingyas au départ, l’armée birmane a mis en cause vendredi les rebelles rohingyas eux-mêmes. Les autorités birmanes interdisent l’accès à la zone de conflit.

>> A lire aussi : Rohingyas: Les «fake news» se multiplient autour de la crise en Birmanie

Après quelques jours d’accalmie, l’exode des Rohingyas vers le Bangladesh a repris à grande échelle cette semaine, principalement en raison du manque de nourriture dans l’ouest de la Birmanie, où la souffrance est « inimaginable » selon l’ONU. Selon les chiffres publiés vendredi par l’ONU, quelque 515.000 réfugiés ont fui la Birmanie vers le Bangladesh depuis le 25 août. Environ 2.000 réfugiés continuent à arriver chaque jour, selon l’Organisation internationale pour les migrations (OIM).