VIDEO. Attentat de Las Vegas: Il n'y a «pas de lien terroriste», selon un responsable du Congrès américain

ENQUETE La fusillade a fait 58 morts dimanche soir et a été revendiquée dans la foulée par l'organisation de l'état islamique...

20 Minutes avec AFP
— 
Attentat à Las Vegas: la fusillade meurtrière
Attentat à Las Vegas: la fusillade meurtrière — 20 minutes - Slideshow

« A ce stade, je dois dire que cela ne semble pas avoir de lien terroriste. » Trois jours après la fusillade qui a fait 58 morts à las Vegas, le président de la commission du Renseignement du Sénat américain Richard Burr a déclaré mercredi que l’attentat perpétré par Stephen Paddock n’était vraisemblablement pas de nature « terroriste ».

 

>> A lire aussi : Attentat de Las Vegas: Les nombreuses zones d'ombre autour du suspect

Lors d’une conférence de presse consacrée à un autre sujet, soit l’enquête sur les ingérences russes dans la campagne présidentielle de l’an dernier, Richard Burr a confirmé les déclarations du FBI.

Aucun lien avec « un groupe terroriste international »

Jusqu’à présent, les autorités américaines ont décrit le tueur de Las Vegas, Stephen Paddock, comme un « loup solitaire » qui a ouvert le feu depuis une chambre d’hôtel sur une foule assistant à un concert en contrebas avant de se suicider. Et le bureau fédéral a déclaré lundi n’avoir trouvé aucun lien avec « un groupe terroriste international », après que l’organisation de l’état islamique a affirmé qu’elle avait été commise par l’un de ses « soldats ».

Richard Burr, de par sa fonction au Congrès, est en contact régulier avec tous les services de renseignement américains. Il n’a pas donné de détails étayant sa conclusion, alors que mercredi les forces de police interrogeaient la compagne du tueur pour tenter de déterminer son mobile, toujours mystérieux. De son côté, le shérif de Las Vegas Joseph Lombardo est resté très prudent. « Nous n’avons encore écarté aucune piste », a souligné son adjoint, Kevin McMahill.

Accompagné de sa femme Melania, Donald trump a, lui, atterri mercredi sur l’aéroport McCarran non loin du lieu du drame. Le couple présidentiel devait passer un peu moins de quatre heures à Las Vegas avant de rejoindre dans la soirée la capitale fédérale à bord d’Air Force One. Les déclarations du président américain n’ont pas contribué à éclaircir le mystère Paddock.

Donald Trump a qualifié le tueur de « malade » et de « dément »

« Ils ont vraiment fait un boulot fantastique en très peu de temps », a lancé Donald Trump mercredi matin. « Oui, ils progressent. Et cela sera annoncé au en temps voulu », a-t-il ajouté de manière énigmatique.

>> A lire aussi : Attentat de Las Vegas: Les gros doutes sur la revendication de Daesh

Interrogé dans la soirée de mardi sur un hypothétique lien entre le tireur et Daesh, le président a simplement répondu : « Je n’en ai aucune idée ». Et s’il a qualifié le tueur de « malade » et de « dément », il a laissé entendre qu’il s’agissait plutôt d’un commentaire général de sa part que d’une indication selon laquelle les enquêteurs disposaient d’éléments accréditant la thèse de troubles psychologiques. « Je pense que nous savons que c’est le cas même sans avoir les derniers éléments », a-t-il affirmé mardi soir à bord d’Air Force One, de retour de Porto Rico.