VIDEO. Catalogne: Que se passera-t-il si l'indépendance est proclamée?

ESPAGNE Pour le savoir, « 20 Minutes » a interrogé Jean-Jacques Kourliandsky, chercheur à l’Iris et spécialiste de l’Espagne…

T.C.

— 

Des bulletins pour le référendum sur l'indépendance de la Catalogne
Des bulletins pour le référendum sur l'indépendance de la Catalogne — Emilio Morenatti/AP/SIPA
  • La proclamation d’indépendance de la Catalogne pourrait survenir « à la fin de la semaine ».
  • Le roi Felipe VI a dénoncé l’illégalité de cette proclamation.
  • « 20 Minutes » a posé des questions à Jean-Jacques Kourliandsky, chercheur à l’IRIS.

L’indépendance de la Catalogne sera-t-elle déclarée dans les prochains jours ? C’est en tout cas ce que souhaite le président de la région autonome, le séparatiste Carles Puigdemont, qui l’a fait savoir dans une interview accordée à la BBC, diffusée ce mercredi. « Nous agirons à la fin de la semaine, ou au début de la semaine prochaine », a-t-il affirmé à la chaîne britannique, alors que le roi Felipe VI a de son côté dénoncé, dans une rarissime intervention télévisée, l’illégalité de cette proclamation.

>> A lire aussi : VIDEO. Catalogne: La proclamation d'indépendance «à la fin de la semaine», annonce Puigdemont

Le président catalan Carles Puigdemont prononcera un discours ce mercredi, en fin de journée. « Il pourrait signaler que le référendum a donné des résultats positifs en faveur de l’indépendance », explique à 20 Minutes Jean-Jacques Kourliandsky, chercheur à l’ IRIS sur les questions ibériques. Selon lui, « comme le prévoit la loi - inconstitutionnelle - votée en Catalogne le 7 septembre dernier, il pourrait y avoir un débat au parlement ». « Et si une majorité simple se dégage, le parlement prendra acte de ce vote pour clamer l’indépendance. »

Ce spécialiste de l’Espagne remarque néanmoins que ce référendum « s’est déroulé dans des conditions qui ne permettent pas de mesurer l’adhésion ou la non-adhésion des électeurs catalans à l’indépendance ». Déjà, dit-il, parce que la campagne « n’a pas permis aux partisans du non de s’exprimer ». Mais aussi « parce que le gouvernement espagnol a tout fait pour empêcher le déroulement du vote dans des conditions normales ». Il ajoute que le vote a en outre « été déclaré illégal par le tribunal supérieur espagnol ».

« Il faut trouver un compromis »

Selon Jean-Jacques Kourliandsky, la situation entre la Catalogne et l’Etat espagnol s’est aggravé depuis six ans, le dialogue étant de plus en plus compliqué entre Barcelone et Madrid. « La seule réponse politique apportée au conflit a été policière et judiciaire. Or il y a une demande, y compris en Catalogne, de dialogue sans condition préalable d’un côté comme de l’autre. Il faut trouver un compromis », explique le chercheur. Et ce dernier d’ajouter : « Il y en avait eu un qui donnait satisfaction à une majorité de Catalans entre 2006 et 2010. Mais rien n’est venu le remplacer. »

>> A lire aussi : Catalogne: Madrid fera «tout ce que permet la loi» pour empêcher une déclaration d'indépendance

Pour autant, même si la situation est tendue, Jean-Jacques Kourliandsky ne croit pas qu’une guerre civile puisse éclater de nouveau. « Les mœurs en Espagne ont changé, ce sont les mêmes que dans les autres grands pays européens. Ce conflit peut évidemment générer des violences de rue. Mais on n’est pas dans un contexte de guerre civile, comme en 1936. C’est un pays de classe moyenne, ce qui n’était pas le cas à l’époque. »

Alors, que se passera-t-il si l’indépendance est proclamée ? Le vote ayant été déclaré illégal, « ce qui est en train de se passer en Catalogne n’aura aucune conséquence in fine », assure-il. « L’Espagne est un pays démocratique, et dans une démocratie lorsqu’il y a des conflits, on essaie de dialoguer », souligne Jean-Jacques Kourliandsky. La question, dit-il, « est donc de savoir quelles seront les propositions qui seront formulées pour sortir de la crise et rétablir un véritable dialogue ». « Il est probable que cela supposera à un moment ou à un autre le retour à la case élection. »