VIDEO. Catalogne: La proclamation d'indépendance «à la fin de la semaine», annonce Puigdemont

ESPAGNE La déclaration pourrait intervenir « quarante-huit heures après le décompte des résultats officiels » du référendum, a déclaré le président de la Catalogne...

20 Minutes avec AFP

— 

Carles Puigdemont, le président régional catalan, le 29 septembre 2017 à Barcelone.
Carles Puigdemont, le président régional catalan, le 29 septembre 2017 à Barcelone. — Bj/action press/Shutter/SIPA

Alors que le roi d'Espagne a sévèrement critiqué les dirigeants indépendantistes à la télévision, les choses s'accélèrent en Catalogne. Au lendemain d'une journée de mobilisation massive, le président de la Catalogne, le séparatiste Carles Puigdemont, a assuré, dans une interview diffusée mercredi, que son gouvernement s’apprêtait à déclarer l’indépendance de cette région de l’Espagne probablement « à la fin de la semaine ».

>> A lire aussi : Entre Barcelone et Madrid, des siècles de conflit

« Nous allons déclarer l’indépendance quarante-huit heures après le décompte des résultats officiels » du référendum, a-t-il annoncé dans un entretien à la BBC, le premier diffusé depuis le vote. « Cela va probablement se terminer quand nous aurons récupéré les votes de l’étranger », a-t-il précisé, « donc nous agirons à la fin de la semaine, ou au début de la semaine prochaine ».

Une opposition de Madrid serait « une nouvelle faute »

Carles Puigdemont a déclaré qu’une réaction d’opposition de la part du gouvernement central constituerait « une nouvelle faute » qui s’ajouterait à « une longue liste d’erreurs ». « Après chacune de ces erreurs, nous sommes sortis renforcés », a estimé le dirigeant séparatiste. « Pas seulement parce que le temps a passé, mais aussi parce que chaque semaine, à chaque erreur, nous obtenons plus de soutien de la société ».

>> A lire aussi : Le trafic routier entre la France et l’Espagne interrompu par la grève générale

Dimanche, à l’issue du scrutin, Carles Puigdemont avait assuré que des « millions » de personnes s’étaient mobilisées pour participer au référendum d’autodétermination de la région, en dépit de son interdiction formelle. Avec cette consultation, les citoyens de Catalogne ont « le droit d’avoir un État indépendant qui prenne la forme d’une République », avait-il dit.

Ce référendum n’était pourtant assorti d’aucune des garanties qui accompagnent les scrutins électoraux, l’État espagnol ayant visé toute l’infrastructure qui lui aurait permis de présenter des résultats crédibles. Aucune commission électorale n’a supervisé l’organisation, le recensement n’était pas transparent, le vote n’était pas secret, etc.