Attentat de Las Vegas: Une barmaid veille un jeune homme mort pendant quatre heures

ETATS-UNIS Au milieu de l'horreur, les gestes de courage ou de compassion, qui ont sauvé des vies ou réconforté des victimes mourantes, se sont comptés par dizaines dimanche soir...

M.C.
— 
Des fleurs et des ballons déposés à la mémoire des victimes de la fusillade de Las Vegas, le 3 octobre 2017.
Des fleurs et des ballons déposés à la mémoire des victimes de la fusillade de Las Vegas, le 3 octobre 2017. — John Locher/AP/SIPA

« Vous ne mourrez pas ce soir, je vous le promets » : Bruce Ure a sauvé trois personnes gravement blessées dans la fusillade de Las Vegas, qui a fait au moins 59 morts dimanche soir, mais il assure être un héros ordinaire, comme des dizaines d’autres.

« On était en backstage, dans la section la plus proche du Mandalay Bay », explique ce shérif adjoint de la police de Seguan, au Texas, venu dans la cité du Nevada pour assister au concert géant de musique country.

>> A lire aussi : Le tireur avait douze armes modifiées pour tirer plus vite (mais c'est légal)

« Soudain, j’ai cru entendre des pétards, puis soudain j’ai entendu le sol éclater tout autour de nous. Comme dans les westerns, quand on tire sur le sol pour faire danser », raconte-t-il. Le shérif adjoint se rend compte que les balles, « au moins 50 coups par rafale », viennent d’en haut et de derrière lui. « Je portais du noir, c’est peut-être cela qui m’a sauvé », dit-il, disant avoir vu « un carnage, des flaques de sang » quand il tentait de se mettre à l’abri.

« J’ai dit au conducteur : "J’ai besoin de votre voiture, j’ai trois personnes en sang" »

C’est là qu’il voit « un jeune homme d’une vingtaine d’années, touché à la cuisse droite. Il était en train de mourir » et le tire hors de portée du tireur. Alors qu’il tente de contenir le sang, deux autres femmes s’approchent. L’une blessée à la poitrine, l’autre dans le dos.

Bruce Ure raconte alors qu’il arrête une voiture qui passe. « J’ai dit au conducteur : "J’ai besoin de votre voiture, j’ai trois personnes en sang". Il n’y a pas pensé à deux fois, ce gars est un héros, et des héros comme lui, il y en avait partout ce soir-là », dit-il la voix tremblante d’émotion malgré une carrière de 33 ans dans la police.

>> A lire aussi : Les stars américaines demandent une nouvelle loi sur les armes à feu

Dans la voiture qui file vers l’hôpital le plus proche, le shérif du Texas a constamment tenu la main d’une des deux femmes. « Tout le monde pleurait, moi aussi, et la dame gémissait "On va mourir" », dit-il, et j’ai répondu : « "pas ce soir, vous ne mourrez pas ce soir, vous allez vous en sortir" ». Bruce Ure et son chauffeur d’un soir ont réussi à arriver à l’hôpital à temps et les blessés ont survécu. « Je sais qu’ils vont bien, mais je ne connais pas leur nom », dit-il.

Elle reste pendant quatre heures au côté d’un jeune homme mourant

Jordan McIldoon, lui, a eu moins de chance et n’a pas survécu à la soirée. Dans la panique qui a suivi les premiers coups de feu, ce Canadien de 23 ans a perdu de vue sa copine. Mais alors qu’il était touché à l’estomac, une barmaid de Las Vegas lui a tenu la main alors qu’il était en train de mourir, restant quatre heures à côté de son corps, pour honorer une promesse faite à la mère et à la copine du jeune homme.

>> A lire aussi : Déjà près de 3 millions de dollars récoltés pour les victimes

« Ses doigts agrippaient ma main. Sa poigne s’est faite un peu plus forte et puis, petit à petit, elle s’est desserrée », a raconté Heather Gooze. L’humanité et la compassion dont elle a fait preuve ont placé la femme de 43 ans au centre de toutes les attentions. « J’aimerais juste qu’on fasse la même chose pour moi. J’espère qu’on ne me laisserait pas toute seule », a-t-elle raconté à la chaîne CBS.

« C’est l’amour de ma vie »

Un homme qui se trouvait avec elle a répondu au téléphone de Jordan, qui était en train de sonner, et a obtenu les numéros de téléphone de sa mère et de sa copine. Heather Gooze s’est alors entretenue avec cette dernière, qui s’était réfugiée dans l’hôtel Tropicana. « Elle m’a dit "Sois honnête avec moi, qu’est ce qu’il se passe ?". Je lui ai répondu : "Il ne s’en est pas sorti". Elle m’a dit "C’est l’amour de ma vie, est-ce que t’es sûre ?" J’ai dit "Oui" ».

>> A lire aussi : Il sauve une trentaine de personnes avant de prendre une balle dans le cou

Heather Gooze a promis à Bereza qu’elle resterait aux côtés de Jordan, un engagement qu’elle a également fait à sa mère, après l’avoir eue au téléphone. Elle n’a pas bougé pendant quatre heures. Depuis, elle reçoit des centaines de messages de soutien sur Facebook. « Merci de l’avoir réconforté. Sa famille, ses amis et même des personnes inconnues comme moi vous seront à jamais reconnaissantes qu’il n’ait pas été tout seul mais entre vos bras aimants », a ainsi écrit Jennifer Macpherson-Gresmak, originaire elle aussi de Colombie-Britannique.