Porto Rico: Entre lancer d'essuie-tout et déclaration hasardeuse, la visite catastrophe de Trump

ETATS-UNIS Critiqué pour sa gestion de la crise, le président américain se déplace dans l'île dévastée par l'ouragan Maria...

P.B. avec AFP

— 

Donald Trump s'est rendu à Porto Rico le 3 octobre 2017.
Donald Trump s'est rendu à Porto Rico le 3 octobre 2017. — E.VUCCI/AP/SIPA

Il voulait faire un compliment aux Portoricains, mais Donald Trump a mis les pieds dans le plat. Au chevet d’une île dévastée par l’ouragan Maria, où une immense majorité des 3.6 millions d’habitants est toujours sans électricité et manque d’eau potable, de nourriture et d’essence, le président américain a loué le bilan humain limité, comparé à la « vraie catastrophe Katrina ».

« Chaque mort est une horreur, mais si vous regardez une vraie catastrophe comme Katrina et vous regardez les énormes centaines et centaines de personnes qui sont mortes et ce qui s’est passé ici avec une tempête qui était totalement imposante. Personne n’a jamais vu quelque chose comme ça. Quel est votre bilan ? Seize [morts] contre des milliers ? Vous pouvez être fiers », a lancé le président américain.

« Porto Rico déstabilise notre budget »

Un peu plus tard, le président américain a distribué des vivres aux sinistrés, leur lançant notamment de l’essuie-tout comme s’il distribuait des tee-shirts lors d’un match de basket.

Donald Trump a en outre souligné que la gestion de la crise à Porto Rico avait coûté beaucoup d’argent au pays. « Je déteste te dire ça Porto Rico mais tu déstabilises notre budget », a-t-il dit à son arrivée sur la base militaire Luis Muñiz, à une quinzaine de kilomètres à l’est de San Juan.

Critiqué par la maire de San Juan, capitale de ce territoire américain, Donald Trump avait riposté sur Twitter, critiquant le « manque de leadership » de Yulin Cruz.

« Ça suffit, Mr le président »

Le chef des démocrates au Sénat, Chuck Schumer, a rappelé Donald Trump à l’ordre : « Ça suffit, Mr le président. Arrêtez de blâmer Porto Rico. Retroussez-vous les manches et remettez la reconstruction sur les rails. »

Le président américain est sur l’île pour constater l’étendue des dégâts causés par Maria, avant de se rendre à Las Vegas au chevet des victimes de la terrible fusillade de dimanche.