Attentat à Las Vegas: Un musicien pro-armes rescapé de la fusillade change d'avis sur la question

ETATS-UNIS Le groupe de Caleb Keeter se produisait pendant le festival endeuillé par la fusillade qui a fait au moins 59 morts...

M.C.

— 

Un magasin où le suspect de la tuerie de Las Vegas aurait acheté des armes.
Un magasin où le suspect de la tuerie de Las Vegas aurait acheté des armes. — Gabe Ginsberg / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

« J’ai été un partisan du Deuxième amendement toute ma vie. Jusqu’aux événements de [dimanche] soir. Je ne trouve pas de mots pour exprimer à quel point j’avais tort », écrit Caleb Keeter lundi, en faisant référence au texte de la Constitution américaine qui garantit le droit de porter des armes. Sur Twitter, le guitariste du Josh Abbott Band, un groupe de musique country qui se produisait à Las Vegas pendant le festival où une fusillade a fait au moins 59 morts et plus de 500 blessés dimanche soir, explique longuement comment le drame l’a fait changer d’avis sur les armes à feu.

« Certains membres de l’équipe avaient des permis de port d’armes, et des armes à feu légales dans le bus. Elles n’ont servi à rien », constate Caleb Keeter, car « nous ne pouvions pas y toucher de peur que la police ne croie que nous jouions un rôle dans ce massacre et nous tire dessus ».

>> A lire aussi : 500 tirs par minute, le son terrifiant d'une arme automatique

« On a besoin d’un contrôle des armes. MAINTENANT »

« Assez, c’est assez », estime le guitariste dans ce message qui mardi matin (heure française) avait déjà été retweeté plus de 45.000 fois et suscité 3.000 commentaires. « Faire mes adieux hier soir à mes parents et à l’amour de ma vie, parce que je pensais que je n’allais pas survivre, a suffi à me faire prendre conscience que les choses étaient totalement hors de contrôle. » « On a besoin d’un contrôle des armes. MAINTENANT », ajoute le musicien qui conclut : « mon plus grand regret est qu’il a fallu que mes frères et moi soyons menacés pour que m’en rende compte. »

Depuis des années, Caleb Keeter se faisait l’avocat des armes à feu, l’un des thèmes de prédilection de la musique country, auxquelles l’Amérique rurale est très attachée. En 2012 déjà, il estimait sur Twitter que « si les lois déjà en place étaient appliquées, les auteurs de fusillades n’auraient pas ces armes ».

La Maison Blanche estime « prématuré » de rouvrir le débat

Critiqué par certains pour sa prise de conscience tardive et « égoïste », il reconnaît : « Vous avez raison. J’ai vu ces choses arriver pendant des années et je n’ai rien fait. Mais je vais faire ce que je peux dorénavant. »

La Maison Blanche a estimé lundi qu’il serait « prématuré » de rouvrir le débat sur l’encadrement des ventes d’armes à feu aux Etats-Unis quelques heures après la fusillade. La porte-parole de Donald Trump, Sarah Huckabee Sanders, a par ailleurs mis en garde contre la tentation de « créer des lois qui n’aideront pas à empêcher » ce genre de drames, citant en contre-exemple Chicago, où la criminalité par les armes à feu est élevée en dépit de lois « très dures » sur ce sujet.

Soutenu avec force par la NRA (National Rifle Association), le puissant lobby des armes à feu, Donald Trump s’est posé durant la campagne en farouche défenseur du Deuxième amendement de la Constitution. Objet d’âpres discussions quant à son interprétation, ce dernier stipule qu'« il ne pourra être porté atteinte au droit du peuple de détenir et de porter des armes ».