Etats-Unis: La Corée du Nord approche des think tanks républicains pour tenter de comprendre Donald Trump

ETATS-UNIS Depuis plusieurs mois, des émissaires de Pyongyang multiplient les contacts avec des think tanks et analystes américains proches du parti républicain...

M.C.
— 
President Donald Trump speaks with reporters before boarding Air Force One at Morristown Municipal airport, Sunday, Sept. 24, 2017, in Morristown, N.J.
President Donald Trump speaks with reporters before boarding Air Force One at Morristown Municipal airport, Sunday, Sept. 24, 2017, in Morristown, N.J. — EVAN VUCCI/AP/SIPA

Ils veulent apprendre à parler le Donald Trump. Depuis plusieurs mois, des émissaires du gouvernement nord-coréen multiplient les contacts avec des think tanks et des analystes américains proches du parti républicain, en essayant d’obtenir des rencontres informelles, rapporte le Washington Post.

Si la finalité de cette stratégie reste floue, ces contacts serviraient notamment à… tenter de décrypter la politique du président américain envers Pyongyang, selon des experts cités par le journal.

>> A lire aussi : Pour l'instant, la tension est «plus politique que militaire», selon l'armée américaine

« Leur souci numéro un est Trump. Ils ne le comprennent pas », témoigne une source « proche du dossier ». En l’absence de relations diplomatiques entre les deux pays, les envoyés nord-coréens tentent de percer les intentions américaines en tentant de réunir des lobbyistes et d’anciens diplomates en terrain neutre : en Suisse, à Singapour ou à Kuala Lumpur.

« Pourquoi les ministres de Trump contredisent les propos de leur président ? »

Ces discussions, qui se seraient intensifiées il y a deux ans – bien avant le pic de tensions de cet été –, sont surnommées « voie 1.5 » car elles sont officielles (voie 1) côté nord-coréen mais informelles (voie 2) pour les Américains, même si Washington est tenue au courant de leur contenu.

>> A lire aussi : «Chien apeuré», «gâteux dérangé»... Mais d’où sortent les insultes de Kim Jong-un?

Depuis l’élection de Donald Trump, les questions des Nord-coréens seraient devenues de plus en plus précises : « Veut-il sérieusement fermer les bases américaines en Corée du Sud et au Japon, comme il l’a déclaré pendant la campagne ? » ou « Pourquoi les ministres de Trump contredisent si souvent les propos de leur propre président ? ». « Je pense qu’ils sont perplexes devant l’attitude des Etats-Unis, estime Evans Revere, un ancien haut fonctionnaire du Département d’Etat américain qui participe régulièrement à ces rencontres. Ils n’ont jamais vu le pays se comporter comme ça avant. »

« Connaissance encyclopédique » des tweets de Donald Trump

Evans Revere, qui parle couramment coréen, dit avoir participé ce mois-ci à tel un entretien dans le village suisse de Glion, près de Montreux. Les envoyés nord-coréens y auraient montré « une connaissance encyclopédique » des tweets de Donald Trump, étant même capable de les citer devant les Américains présents.

>> A lire aussi : Twitter explique pourquoi il ne censure pas les menaces de Trump

Selon les diverses sources du journal, l’option de l’abandon du nucléaire n’est pas sur la table pour les Nord-Coréens. Des sources citées par le Post estiment que Pyongyang est opposée à l’idée d’un gel de son programme nucléaire en échange d’un arrêt des exercices militaires conjoints des Etats-Unis et de la Corée du Sud, prônée par la Russie et la Chine. Les participants américains à la journée et demie de discussions en Suisse seraient repartis « avec peu d’espoir d’une quelconque amélioration prochaine ».