Attentat de Londres: Deux suspects relâchés sans poursuites

ENQUETE Quatre hommes restent en garde à vue dans le cadre de la législation antiterroriste…

20 Minutes avec AFP

— 

Un policier britannique à Newport
Un policier britannique à Newport — GEOFF CADDICK / AFP

Deux hommes arrêtés dans le cadre de l’enquête sur l’attentat à la bombe dans le métro de Londres ont été relâchés sans poursuites, a annoncé jeudi la police britannique.

Le premier, âgé de 21 ans et dont on ignore l’identité, avait été interpellé samedi à Hounslow, dans la banlieue ouest de Londres. Le second, âgé de 48 ans, avait été appréhendé mercredi à Newport au Pays de Galles.

L’enquête « continue de progresser rapidement »

« Quatre hommes restent en garde à vue dans le cadre de la législation antiterroriste. Une prolongation de la garde à vue pour deux d’entre eux a été accordée » jeudi, a précisé la police dans un communiqué. L’attentat, perpétré avec une bombe artisanale qui a mal fonctionné, placée dans une rame de métro à une heure de pointe, a fait 30 blessés, dont aucun grave, à la station de Parsons Green vendredi dernier.

>> A lire aussi : Ce que l'on sait de l'attaque dans le métro de la capitale britannique

L’enquête « continue de progresser rapidement », a assuré Dean Haydon, un responsable de l’antiterrorisme. Une perquisition était toujours en cours jeudi soir à Thornton Heath, dans la banlieue sud de Londres où un adolescent de 17 ans a été arrêté dans la nuit de mercredi à jeudi.

Les suspects détenus 14 jours au maximum

Mercredi, deux hommes, âgés de 48 et 30 ans, ont été arrêtés à Newport. La garde à vue de l’homme de 30 ans a été prolongée jusqu’au 26 septembre ainsi que celle de l’homme de 25 ans interpellé mardi également dans cette ville du Pays de Galles.

>> A lire aussi : Un passager du métro affiche ses cheveux brûlés sur Twitter

Un premier suspect, un homme de 18 ans, avait été arrêté samedi matin dans la zone de départ du port de Douvres, un point de transit vers l’autre rive de la Manche, au lendemain de l’explosion. La législation antiterroriste britannique permet de détenir les suspects 14 jours sans poursuites.

>> A lire aussi : Le niveau d'alerte abaissé de «critique» à «grave» après les arrestations du week-end

Le groupe djihadiste de l’Etat islamique avait revendiqué l’attentat mais les autorités britanniques restent circonspectes. Cet attentat était le cinquième à frapper le Royaume-Uni en six mois. Trente-cinq personnes ont été tuées dans les précédentes attaques.