Attentat de Londres: Ce que l'on sait de l'attaque dans le métro de la capitale britannique

TERRORISME Au moins vingt-deux personnes ont été blessées... 

C. Ape. avec AFP

— 

Les policiers sont sur les lieux après un "incident" dans une station de métro de Londres
Les policiers sont sur les lieux après un "incident" dans une station de métro de Londres — DANIEL LEAL-OLIVAS / AFP

Un attentat, le cinquième en six mois à Londres, a eu lieu ce vendredi matin dans le métro de la capitale britannique. 20 Minutes revient sur ce que l’on sait de cette attaque.

>> Suivez en direct les événements par ici

  • Une explosion provoquée par un engin explosif artisanal

L’attentat, qui n'a pas été revendiqué, s’est produit vers 8h20 (7h20 GMT) dans la station de Parsons Green, située dans un quartier aisé du sud-ouest de la capitale britannique. Selon des témoins cités par le journal The Sun, une « explosion » s’est produite dans une rame du métro, blessant des passagers, brûlés au visage. Un témoin, Peter Crowley, a dit avoir vu « une boule de feu », et posté sur son compte Twitter des photos montrant son front brûlé. 

«Ça sentait le plastique brûlé», a raconté Louis Hather, 21 ans, blessé à une jambe dans la bousculade qui a suivi l'explosion et qui a décrit «une femme amenée sur un brancard dans une ambulance avec des brûlures sur tout le corps».

Des photos diffusées sur Twitter montraient ce qui pourrait être l’origine de l’attentat : un seau blanc en train de brûler dans un sac en plastique de supermarché à l’intérieur d’une rame de métro, à proximité des portes automatiques, et dont sortaient des fils électriques.

>> Lire le témoignage d'une témoin de l'attentat: «J’ai vu des gens paniqués qui courraient dans tous les sens»

  • Vingt-deux personnes blessées et hospitalisées

Vingt-deux personnes ont été amenés dans plusieurs hôpitaux par les services ambulanciers depuis la station de Parsons Green, dans le sud-ouest de Londres, et quatre autres se sont présentés d'elles-mêmes, selon un communiqué des services de santé.

  • Theresa May agacée par la réaction de Donald Trump

Tenue informée de l’évolution de la situation, la Première ministre Theresa May a adressé « ses pensées » aux blessés et aux services d’urgence qui « une fois de plus, ont réagi rapidement et courageusement à un incident terroriste présumé ». À l'issue d'une réunion d'urgence de son cabinet, elle a affirmé que «l'engin explosif était destiné à faire d'énormes dégâts». «Nous ne nous laisserons jamais ni intimider ni battre par le terrorisme», a assuré le maire de Londres Sadiq Khan, condamnant les «individus ignobles qui tentent d'utiliser le terrorisme pour nous toucher et détruire notre mode de vie».

Le président américain Donald Trump a de son côté évoqué sur Twitter des «terroristes ratés», «qui étaient dans la ligne de mire de Scotland Yard» avant l'attaque. Des conjectures «d'aucune aide», a fulminé Theresa May, que le président américain a promis d'appeler.