Allemagne: Perpétuité requise contre Beate Zschäpe, une militante néonazie accusée de dix meurtres

JUSTICE Ce procès-fleuve, sans précédent depuis 1945, dure déjà depuis quatre ans...

20 Minutes avec AFP

— 

La prison à perpétuité a été requise contre Beate Zschäpe, 42 ans.
La prison à perpétuité a été requise contre Beate Zschäpe, 42 ans. — Rex_NSU_trial_Munich

L’affaire avait scandalisé le pays et mis en lumière des défaillances policières. La justice allemande a requis ce mardi la prison à perpétuité contre la seule survivante d’un trio néonazi accusé de dix meurtres, principalement contre des immigrés turcs.

Beate Zschäpe, 42 ans, est un être « froid et calculateur pour lequel la vie humaine ne joue aucun rôle », a déclaré devant le tribunal de Munich le représentant du parquet, Herbert Diemer, dans ses réquisitions. Elles ont été prononcées alors que ce procès-fleuve, sans précédent depuis 1945 pour des crimes racistes, dure déjà depuis quatre ans.

La peine maximale prévue par le code pénal allemand

Pour le procureur, cette femme est « totalement » coresponsable des assassinats attribués entre 2000 et 2007 au groupuscule de la Clandestinité national-socialiste (NSU), qui avait décidé de lancer une campagne meurtrière contre les étrangers. Il a retenu des circonstances aggravantes et demandé une peine de sûreté, ce qui, si le tribunal suit la réquisition, pourrait signifier une peine de perpétuité réelle pour l’accusée. Il s’agit de la peine maximale prévue par le Code pénal allemand.

>> A lire aussi : L'un des plus grands procès néonazis s'ouvre à Munich

L’accusation a rejeté la ligne de défense de Beate Zschäpe, qui a tenté tout au long de ses audiences de minimiser son rôle en se dépeignant comme une jeune femme sous l’influence des autres membres du groupuscule. Même si cette femme n’a pas tiré de coup de feu, elle partageait la vision « fanatique » de ses deux complices et leur volonté de propager la terreur parmi les personnes d’origine étrangère en Allemagne, a déclaré le procureur.

Unique rescapée du groupuscule NSU

Jugée depuis mai 2013, elle est l’unique rescapée du groupuscule NSU. Les deux autres membres, Uwe Mundlos et Uwe Böhnhardt, ayant été retrouvés morts par balles en 2011, à l’âge respectif de 38 et 34 ans, peu avant que la police ne vienne les arrêter.

>> A lire aussi : Enquête sur les crimes racistes critiquée, le chef des RG démissionne

Ce groupuscule visait des petits commerçants dans toute l’Allemagne. Huit des victimes étaient turques ou d’origine turque, les deux autres étaient grecque et allemande. Les autorités ont été très critiquées car la piste xénophobe et néonazie n’a été que très tardivement explorée par les enquêteurs, qui ont pendant longtemps refusé de lier les différents assassinats entre eux.