Chine: Le camembert, le brie et le roquefort dans le collimateur des autorités

ALIMENTATION «Des produits qu’on a fait importer n’ont pas pu passer la douane depuis trois semaines», explique la principale boutique en ligne de vente de fromages en Chine…

20 Minutes avec AFP

— 

Un camembert de Normandie.
Un camembert de Normandie. — Gerard Lacz / Rex Featu/REX/SIPA

Le camembert, le brie et le roquefort ne sont plus les bienvenus en Chine. Les autorités sanitaires bloquent l’importation de plusieurs fromages étrangers, notamment français, ont indiqué ce vendredi des professionnels.

« Des produits qu’on a fait importer n’ont pas pu passer la douane depuis trois semaines », explique Vincent Marion, cofondateur de Cheese Republic, qui se présente comme la principale boutique en ligne de vente de fromages en Chine. « D’après nos fournisseurs, les autorités sanitaires ont renforcé leurs critères », déplore-t-il.

Les produits visés principalement ceux à pâte molle ou persillée

Selon une liste envoyée par un important fournisseur à ses clients et que s’est procuré l’AFP, les produits visés sont principalement ceux à pâte molle (camembert, brie, époisses) ou persillée (roquefort, bleu, fourme d’Ambert), ou au lait de chèvre. La plupart des fromages à pâte dure (raclette, comté, beaufort, gruyère, emmental, tomme de Savoie) ne semblent pas concernés. La mozzarella italienne serait également épargnée. « L’importation de produits à tartiner, type Tartare, Saint-Morêt ou Kiri, devrait encore être possible », note Vincent Marion.

>> A lire aussi : La charcuterie française aux portes de la Chine

Si la consommation de produits laitiers a fortement augmenté en Chine ces dernières décennies, le fromage y reste un produit principalement consommé par une clientèle étrangère. « La Chine, on le constate année après année, rend de plus en plus compliquée l’importation de produits étrangers. Là, je pense qu’elle veut protéger son industrie laitière », estime le dirigeant de Cheese Republic. « Mais la restriction est tellement forte que ça revient à faire du protectionnisme », juge-t-il.