Le laboratoire Eli Lilly (Prozac) supprime 3.500 emplois et ferme des usines

SANTE Ces coupes touchent principalement les Etats-Unis...

20 Minutes avec AFP

— 

Illustration du groupe pharmaceutique Eli Lilly
Illustration du groupe pharmaceutique Eli Lilly — FREDERICK FLORIN / AFP

Le groupe pharmaceutique américain Eli Lilly a annoncé jeudi la suppression de 3.500 emplois, soit environ 8 % de ses effectifs totaux, dans le cadre d’un plan de restructuration visant à économiser 500 millions de dollars par an à partir de 2018.

Ces coupes, qui touchent principalement les Etats-Unis, se feront via des départs volontaires et mises anticipées à la retraite, précise le fabricant du Prozac dans un communiqué.

Eli Lilly va également fermer un site de production destiné à la santé animale à Larchwood (Iowa, nord des Etats-Unis) et deux sites de recherche, l’un à Shanghaï en Chine et l’autre à Bridgewater dans le New Jersey (est des Etats-Unis).

Un gros revers après l’échec d'un médicament contre Alzheimer

« Pour pleinement saisir les opportunités et investir dans de nouveaux traitements (…) nous prenons des mesures pour simplifier notre organisation et réduire nos coûts fixes à travers le monde », a justifié le PDG David Ricks, cité dans le communiqué.

Ces décisions vont se traduire par une charge de 1,2 milliard de dollars dans les comptes au troisième trimestre, dont une grande partie est due aux indemnités de départs et l’autre pour dépréciations d’actifs.

Eli Lilly a essuyé un gros revers en début d’année, après l’échec de Solanezumab, un médicament contre la maladie d’Alzheimer, lors des essais cliniques de phase 3 (avant la commercialisation). Ce traitement était annoncé comme un futur « blockbuster ».

En réduisant ses coûts, le groupe espère s’aligner sur ses concurrents qui ont pris une avance considérable dans le développement des traitements anticancéreux, les pathologies auto-immunes et la diabétologie.