VIDEO. Ouragan Irma: «La première urgence concerne l’eau potable»

INTERVIEW Le président de l’ONG Groupe de secours catastrophe français explique à « 20 Minutes » les conditions d’intervention pour venir en aide aux victimes d’Irma…

Propos recueillis par Olivier Philippe-Viela

— 

Saint-Martin après le passage de l'ouragan Irma, le 6 septembre 2017.
Saint-Martin après le passage de l'ouragan Irma, le 6 septembre 2017. — Rinsy XIENG / TWITTER / AFP

Thierry Velu, sapeur-pompier et président de l’ONG Groupe de secours catastrophe français, explique à 20 Minutes les conditions d’intervention à Saint-Martin et Saint-Barthélemy après le passage de l’ouragan Irma, qui a fait au moins huit morts.

Quelles sont les difficultés logistiques rencontrées par les secours ?

L’acheminement de personnel et de matériel est problématique parce que les routes sont actuellement totalement encombrées. L’autre difficulté majeure, c’est la formation de deux autres ouragans qui peuvent créer de nouveaux vents très importants. Mais la première urgence concerne l’eau potable et son acheminement pour éviter le développement de maladies comme le choléra, du fait de l’eau souillée.

>> A lire aussi : Suivez l'évolution de la situation en direct de la tempête Irma

Comment s’organisent les équipes de sauvetage ?

Elles prennent des renseignements sur les lieux d’intervention les plus appropriés, par rapport aux endroits où les gens sont confinés, s’il y a confinement. Elles traitent les premières urgences, c’est-à-dire l’évacuation des blessés, puis des morts, et s’occupent d’amener de l’eau potable. On repassera ensuite à une phase de reconstruction et de consolidation. Ce sera une opération de longue durée, nous sommes encore dans la phase de découverte dans les vingt-quatre premières heures. Il faudra quelques semaines pour revenir à la normale.

Où sont évacuées les victimes ?

Dans des bâtiments réquisitionnés pour cela, salles de fêtes, hôtels, écoles, etc. Tous les lieux qui peuvent être encore en bon état, avec des structures solides. Les blessés, actuellement, sont envoyés de Saint-Martin ou Saint-Barthélemy vers la Guadeloupe.

Avez-vous connu des situations aussi graves ?

Nous sommes intervenus sur Katrina, en 2005 aux Etats-Unis, qui était impressionnant, et différents cyclones sur Haïti. La configuration haïtienne n’est pas la même qu’à Saint-Martin et Saint-Barthélemy, où les installations sont plus solides. Beaucoup de personnes à Haïti vivent sous tente ou dans des abris de fortune. Nous sommes inquiets, ainsi que pour la République dominicaine, où le cyclone se dirige.

>> A lire aussi: Harvey, Irma, Jose, Katia… Comment les ouragans sont-ils baptisés?