Venezuela: Le président Macron qualifie le régime Nicolas Maduro de «dictature»

POLITIQUE «Nos concitoyens ne comprennent pas comment certains ont pu être aussi complaisants avec le régime qui est en train de se mettre en place», a notamment déclaré le chef de l’Etat…

20 Minutes avec AFP

— 

Le président français Emmanuel Macron a qualifié ce mardi le régime du président Nicolas Maduro au Venezuela de «dictature».
Le président français Emmanuel Macron a qualifié ce mardi le régime du président Nicolas Maduro au Venezuela de «dictature». — Daniel MIHAILESCU / AFP

C’est une pique à peine voilée à l’encontre de Jean-Luc Mélenchon, le leader de la France insoumise (LFI). Le président français Emmanuel Macron a qualifié ce mardi le régime du président Nicolas Maduro au Venezuela de « dictature », lors d’un discours de politique étrangère devant les ambassadeurs français réunis à Paris. Il y a quelques jours, le chef de file des Insoumis avait lui déclaré que le Venezuela n’était pas une « dictature », estimant qu’il y avait « des pousse-à-l’affrontement des deux côtés ».

« Nos concitoyens ne comprennent pas comment certains ont pu être aussi complaisants avec le régime qui est en train de se mettre en place au Venezuela. Une dictature qui tente de se survivre au prix d’une détresse humanitaire sans précédent, alors même que les ressources de ce pays restent considérables », a lancé Emmanuel Macron.

>> A lire aussi : Trois questions pour comprendre la crise qui secoue le pays

Près de 130 personnes tuées en quatre mois

Le Venezuela est plongé depuis des mois dans une profonde crise économique, politique et institutionnelle. Son président, Nicolas Maduro, très impopulaire selon les sondages, est confronté à des manifestations régulières de l’opposition qui réclame sa démission. Près de 130 personnes ont été tuées en quatre mois de manifestations contre le gouvernement.

Elue fin juillet dans le sang et contestée par une grande partie de la communauté internationale, une Assemblée Constituante issue du chavisme, le courant au pouvoir, s’est attribuée l’essentiel des pouvoirs du Parlement, dominé par l’opposition.