Catastrophe nucléaire de Fukushima: 157 militaires Américains attaquent Tepco en justice

JAPON Les plaignants, des militaires américains qui sont intervenus dans la zone sinistrée autour de Fukushima, réclament cinq milliards de dollars…

20 Minutes avec agences

— 

Des travailleurs de Tepco devant l'ancienne centrale nucléaire de Fukushima, le 28 février 2012 dans le nord du Japon
Des travailleurs de Tepco devant l'ancienne centrale nucléaire de Fukushima, le 28 février 2012 dans le nord du Japon — Yoshikazu Tsuno POOL

Cent cinquante-sept Américains, s’affirmant irradiés après la catastrophe nucléaire de Fukushima (Japon), ont décidé de déposer plainte contre la compagnie nipponne d’électricité Tokyo Electric Power (Tepco) devant un tribunal de Californie.

Les plaignants, principalement des militaires, étaient intervenus pour secourir des habitants de la région du Tohoku, dans le nord-est du Japon, après le tsunami du 11 mars 2011 qui avait provoqué la mort de plus de 18.000 personnes. Leur porte-avions était alors passé au large de la centrale nucléaire sinistrée de Fukushima.

>> A lire aussi : Fukushima: L'eau contaminée de la centrale nucléaire pourrait être déversée dans le Pacifique

Ils réclament un fonds d’indemnisation de cinq milliards de dollars

Aucun décès n’a été officiellement attribué aux radiations, mais les Américains réclament aujourd’hui la création d’un fonds d’indemnisation de cinq milliards de dollars, afin de couvrir les frais médicaux consécutifs aux dommages qu’ils disent avoir subis.

Ils poursuivent Tepco  car ils estiment que l’accident nucléaire, à l’origine de leurs maux est dû à « un défaut de conception, de construction et de maintenance de la centrale. » Une plainte analogue avait déjà été déposée en 2013 et les nouvelles victimes présumées souhaitent que les deux dossiers soient joints.

>> A lire aussi : VIDEO. Fukushima: La zone d’évacuation autour de la centrale réduite, mais les candidats au retour sont peu nombreux

Tepco attend une notification « officielle »

« Nous étudierons les arguments et demandes des plaignants et y répondrons de façon appropriée… si nous recevons une notification officielle de cette plainte, a répondu la compagnie japonaise via un communiqué laconique. L’impact éventuel sur nos comptes ne peut pas, à l’heure actuelle, être évalué, mais nous ferons part, en temps voulu, de tout élément devant être publié ».