Protection de Donald Trump et sa famille: Les caisses des Secret Service sont vides

MONEY Entre les escapades que le président s'accorde à répétition pour s'adonner au golf et la protection de sa famille très nombreuses, les services secrets américains ont épuisé les fonds alloués à la protection de Donald Trump et son entourage...

A.B. avec AFP

— 

Donald Trump joue au golf à Aberdeenshire, en Ecosse (2012).
Donald Trump joue au golf à Aberdeenshire, en Ecosse (2012). — Andy Buchanan / AFP

Les caisses sont vides. La famille nombreuse de Donald Trump et la préférence marquée du président pour les week-ends dans ses luxueux golfs ont épuisé les fonds alloués pour l’année au Secret Service, chargé de les protéger, révèle lundi le quotidien USA Today.

Un coût estimé à un milliard de dollars

Début avril, la passion de Trump pour le golf auvait déjà coûté 20 millions de dollars aux Américains. Rien qu’entre son investiture et le mois d’avril, Donald Trump a joué 18 % du temps au golf, ce qui est bien plus que Barack Obama. Vanity Fair indique que, s’il continue à ce rythme, le train de vie des Trump pourrait représenter un coût d’un milliard de dollars d’argent public durant son mandat.

Avant d’arriver au pouvoir, Donald Trump avait pourtant longtemps critiqué son prédécesseur sur son temps passé à manier le club. « Le président Obama n’est pas occupé à parler de la Syrie au Congrès… Non, Monsieur joue au golf… », avait-il tweeté en 2013.

Il lui reprochait même de passer ses vacances d’hiver dans l’Etat d’Hawaii, son île natale. Les dépenses pour ses déplacements sur une année pourraient finalement avoir un coût équivalent à celles concernant Barack Obama sur ses huit ans de mandat.

Une charge de travail sans précédent

Le directeur du Secret Service, Randolph Alles, a déclaré au quotidien américain que plus de 1.000 agents avaient déjà atteint le plafond individuel annuel de salaire et d’heures supplémentaires fixé par le budget fédéral, soit 160.000 dollars par agent.

Le Secret Service se retrouve avec une charge de travail sans précédent, entre les enfants adultes du président Trump qui voyagent énormément pour la gestion de l’entreprise familiale mais aussi leurs vacances, et Donald Trump lui-même qui passe l’essentiel de ses week-ends dans ses golfs et propriétés de luxe de la côte Est, en Floride, en Virginie ou dans le New Jersey.

« Le président a une famille nombreuse, et notre responsabilité est dictée par la loi. Je n’ai aucune flexibilité », affirme le chef du Secret Service.

Selon lui, ses agents n’ont jamais eu à protéger autant de gens liés de près ou de loin à la Maison Blanche : 42 personnes, dont 18 membres de la famille du président. Sous la présidence de Barack Obama, le nombre s’élevait à 31 personnes.

Des agents en sous-effectif

Les voyages incessants et les heures supplémentaires provoquent également un véritable exode parmi les agents et leur chef met en garde que si le Congrès n’agit pas en rallongeant l’enveloppe budgétaire qui lui est allouée, il ne sera pas en mesure de payer les heures déjà travaillées.

Les différentes commissions concernées au Congrès ont indiqué qu’elles étudiaient une solution.

Randolph Alles, qui a été nommé en avril, a affirmé qu’il avait évoqué ces difficultés avec la Maison Blanche.

« Ils comprennent », a-t-il affirmé. « Ils essayent de faire des aménagements dans la mesure du possible », a déclaré cet ancien général des Marines.

Le Secret Service a lancé une vaste campagne de recrutement. Il compte actuellement 6.800 agents en civil et en uniforme. Ces effectifs doivent monter à 7.600 d’ici 2019 et 9.500 d’ici 2025, souligne le quotidien.