Attentats en Catalogne: Trump cite une fausse info pour justifier une lutte antiterroriste violente

TERRORISME Le président américain a cité sur Twitter le général Pershing qui aurait selon lui exécuté des insurgés philippins musulmans en 1908 avec des méthodes expéditives…

L.C.

— 

Donald Trump parle aux journalistes depuis la Trump Tower à New York, le 16 août 2017.
Donald Trump parle aux journalistes depuis la Trump Tower à New York, le 16 août 2017. — Pablo Martinez Monsivais/AP/SIPA

Le président américain a réagi à l’attentat de Barcelone dès jeudi. Comme souvent, il a tweeté rapidement après les faits. Et comme souvent, son tweet a été vivement critiqué. Donald Trump y fait en effet référence à une légende urbaine sur l’exécution de musulmans aux Philippines.

« Etudiez ce que le général Pershing des États-Unis a fait aux terroristes qui étaient arrêtés. Il n’y a plus eu de terrorisme islamiste radical pendant 35 ans ! », a tweeté Donald Trump après un précédent tweet dans lequel il a condamné l’attentat de Barcelone et offert l’aide des Etats-Unis.

Une légende déjà citée par Trump

Le général Pershing est un militaire américain né en 1860 aux Etats-Unis. Il a mené des opérations dans le Pacifique, et notamment aux Philippines, achetées par les Etats-Unis en 1898 et colonisées. Dans son tweet, Donald Trump fait référence à des actes prêtés au militaire lorsqu’il était gouverneur de Moro, une province à majorité musulmane en proie à une insurrection en 1908.

Il a été raconté que le général Pershing avait fait exécuter 49 prisonniers musulmans philippins avec des balles trempées dans le sang de cochon (un animal considéré comme impur dans la tradition musulmane) avant de les faire enterrer avec des peaux de porc.

Or cette histoire est invérifiable : elle n’a été attestée par aucune preuve et les historiens nient son authenticité. Le site de fact checking américain Snopes indique n’avoir « trouvé aucune référence de cet incident dans les biographies de Pershing et cela ne correspond pas à la manière dont Pershing se comportait avec les Moros ». L’autre site de fact checking  Politifact cite quatre historiens qui démentent la véracité de cette histoire.

Peu importe au président américain qui avait déjà fait référence à ces méthodes expéditives lorsqu’il était candidat à l’investiture républicaine dans un discours prononcé à North Charleston en février 2016. Il avait alors déclaré que les Etats-Unis devaient « aller beaucoup plus loin » et avait raconté l’histoire de ces exécutions qui auraient été menées par le général Pershing.