Algérie: Le Premier ministre Tebboune limogé au bout de trois mois sur fond de luttes de clans

LIMOGEAGE Le chef du gouvernement a été limogé par le président Bouteflika mardi...

20 Minutes avec AFP
— 
Abdelmadjid Tebboune le 3 avril 2017, lorsqu'il était ministre algérien du Logement.
Abdelmadjid Tebboune le 3 avril 2017, lorsqu'il était ministre algérien du Logement. — Sidali Djarboub/AP/SIPA

Turbulences au sommet de l’Etat en Algérie : le Premier ministre algérien Abdelmadjid Tebboune a été limogé mardi, trois mois à peine après sa nomination. « Le président de la République Abdelaziz Bouteflika a mis fin aux fonctions du Premier ministre Abdelmadjid Tebboune et a nommé Ahmed Ouyahia », jusqu’ici chef de cabinet du chef de l’Etat, pour le remplacer, a précisé la présidence dans un communiqué reproduit par l’agence APS.

>> A lire aussi : Très affaibli, Abdelaziz Bouteflika apparaît sur des images de la télévision d’Etat

Remplacé par « Monsieur sale boulot »

Abdelmadjid Tebboune avait été nommé Premier ministre le 24 mai dernier, dans la foulée d’élections législatives remportées par le Front de libération nationale (FLN), parti au pouvoir depuis l’indépendance de l’Algérie en 1962. A la surprise générale, il avait remplacé à la tête du gouvernement - dans lequel il était ministre de l’Habitat - Abdelmalek Sellal, considéré comme l’homme de confiance du chef de l’Etat, au pouvoir depuis 1999, et que la majorité des observateurs voyaient déjà reconduit.

Abdelmadjid Tebboune, 71 ans, est remplacé par Ahmed Ouyahia, 65 ans, qui avait rang de ministre d’Etat et est considéré comme l’un des hommes forts du régime algérien. Patron du Rassemblement national démocratique (RND), deuxième parti d’Algérie et allié crucial du FLN, il a déjà été trois fois Premier ministre, entre 1995 et 1998 (sous la présidence de Liamine Zeroual), puis de 2003 à 2006 et de 2008 à 2012.

Ahmed Ouyahia.
Ahmed Ouyahia. - Fayez Nureldine AFP

Il a servi avec zèle le président Bouteflika, malgré des relations parfois compliquées. Il est surnommé en Algérie « M. Sale besogne », depuis qu’il s’est défini lui-même comme l’homme du « sale boulot » après avoir mené les austères réformes exigées par le Fonds monétaire international dans les années 90 durant la guerre civile.

« Recadrage » par le président Bouteflika

« La vision du Premier ministre ne cadrait pas avec la vision du président », a expliqué à l’AFP une source gouvernementale ayant requis l’anonymat, faisant également état de problèmes de « communication » entre les deux hommes.

Les médias privés algériens s’étaient fait largement l’écho ces derniers jours d’une « sévère » lettre de « recadrage » adressée par le président Bouteflika à son Premier ministre, critiquant notamment les récentes mesures limitant les importations de nombreux produits. Ces mesures, selon la presse, ont mis en colère des hommes d’affaires algériens, dont certains ont des liens avec le pouvoir.

Des liens entre le pouvoir et les oligarques

Selon des observateurs, Abdelmadjid Tebboune paye son intention affichée de s’attaquer à ces liens entre certains hommes d’affaires et hauts responsables politiques. En présentant son programme, il avait promis une « séparation entre l’argent et le pouvoir » et affirmé « L’Etat c’est l’Etat et l’argent c’est l’argent ».

En juillet, le gouvernement avait adressé une série de mises en demeure à plusieurs grandes entreprises algériennes ou étrangères adjudicataires d’importants marchés publics d’infrastructure, jugeant les chantiers en retard et menaçant de résilier les contrats. Parmi ces entreprises figurait notamment l’Entreprise des travaux routiers, hydrauliques et bâtiments (ETHB), propriété d’Ali Haddad, puissant chef du Forum des chefs d’entreprise (FCE, l’organisation patronale algérienne) et ami revendiqué de Saïd Bouteflika, frère influent du chef de l’Etat.

A la mi-juillet, Abdelmadjid Tebboune avait publiquement infligé un camouflet à Ali Haddad en exigeant son départ d’une cérémonie à laquelle les deux hommes étaient invités. Cet épisode avait été largement relayé par la presse et avait alimenté la chronique plusieurs semaines.

« Lutte des clans » au sommet de l’Etat algérien

« Tebboune a essayé de toucher aux intérêts de certains oligarques qui appartiennent au clan présidentiel comme Ali Haddad (…) le patron des patrons », a expliqué à l’AFP Rachid Tlemçani, enseignant en sciences politiques à Alger. Selon lui, « dans le cadre de la lutte des clans, le "groupe présidentiel", composé notamment de Saïd Bouteflika et du patron de la centrale syndicale UGTA (Union générale des travailleurs algériens- syndicat officiel) Abdelmadjid Sidi Saïd, a manifesté publiquement sa solidarité avec Haddad et mis au défi le Premier ministre ». « Ils viennent de remporter une autre bataille », a-t-il estimé.

« Tebboune a fait l’erreur de croire qu’il était protégé » par M. Bouteflika, a expliqué à l’AFP l’universitaire Rachid Grim. Il s’interroge sur la présence d'« un ou plusieurs tireurs de ficelles derrière » le chef de l’Etat, diminué depuis un accident vasculaire cérébral en 2013, relançant les spéculations qui agitent l’Algérie depuis quatre ans sur la capacité du chef de l’Etat à gouverner.