Inde: 85 enfants morts à l'hôpital de Gorakhpur

INDE La société qui fournit les bonbonnes d'oxygène aurait mis fin à ses services, apparemment en raison du non-paiement de factures...

20 Minutes avec AFP
— 
Des employés de l'hôpital Baba Raghav Das, dans le district de Gorakhpur, dans l'Uttar Pradesh, examinent des bonbonnes d'oxygène.
Des employés de l'hôpital Baba Raghav Das, dans le district de Gorakhpur, dans l'Uttar Pradesh, examinent des bonbonnes d'oxygène. — AFP

Ils auraient été victimes d’une pénurie d’oxygène. Vingt-cinq enfants ont perdu la vie durant le week-end, ce qui porte à 85 le nombre total d’enfants morts à l’hôpital public de Gorakhpur, dans l’Uttar Pradesh (nord de l’Inde), selon un dernier bilan des autorités.

D’après les médias indiens, les enfants auraient succombé en raison d’un manque d’oxygène dans les services pédiatriques de l’hôpital. Selon eux, la société fournissant les bonbonnes aurait mis fin à ses services, apparemment en raison du non-paiement de factures se montant à plusieurs millions de roupies, certaines remontant à novembre.

>> A lire aussi : 60 enfants sont-ils morts dans un hôpital en raison de la pénurie de bonbonnes d'oxygène?

Les hôpitaux publics indiens au bord du point de rupture

Les autorités ont ordonné une enquête sur les causes de ce drame et de l’interruption de l’alimentation de l’établissement en oxygène, mais ont rejeté les informations selon lesquelles ce problème serait à l’origine de ces décès à l’hôpital Baba Raghav Das de Gorakhpur. « Je peux confirmer 12 morts d’enfants samedi et 13 dimanche », a déclaré P.K Singh, le nouveau directeur de l’établissement, lundi soir.

Les hôpitaux publics indiens sont souvent débordés et au bord du point de rupture : les patients doivent faire face à de longues listes d’attente, même pour des interventions simples, et sont contraints à partager des lits. De ce fait, ceux qui le peuvent évitent les hôpitaux publics et se tournent vers les cliniques privées, où une consultation coûte en moyenne 1.000 roupies (plus de 13 euros), une somme énorme pour les millions d’Indiens qui vivent avec moins de deux euros par jour.