Danemark: Le mari de la reine refuse d'être enterré avec elle

ROYAUTÉ Le prince Henrik est frustré d’avoir toujours été relégué au second rang protocolaire…

20 Minutes avec AFP

— 

La famille royale du Danemark en juillet 2016
La famille royale du Danemark en juillet 2016 — Henning Bagger / Scanpix Denmark / AFP
  • Le prince consort a décidé qu’il ne voulait pas partager la tombe de la souveraine.
  • N’étant pas l’égal de sa femme dans la vie et ne veut pas l’être dans la mort.

Bonne ambi. Le mari de la reine Margrethe II du Danemark, le prince consort Henrik, d’origine française, refuse d’être enterré avec elle, a annoncé ce jeudi la Cour. Frustré d’avoir toujours été relégué au second rang protocolaire, le prince, 83 ans, a décidé qu’il ne voulait pas partager la tombe de la souveraine, qui est « d’accord » avec cette décision, a indiqué au quotidien BT la chef de la communication du palais, Lene Balleby.

>> A lire aussi : Lego: Mary de Danemark offre des briquettes aux enfants des favelas de Rio

La décision du prince tient au fait que, n’ayant pas obtenu le titre et la fonction qu’il voulait, il n’était pas l’égal de sa femme dans la vie et ne veut pas l’être dans la mort, a expliqué Lene Balleby. Il n’a jamais caché son désarroi de n’avoir jamais obtenu le titre de roi et son mécontentement a augmenté ces dernières années, a-t-elle ajouté.

« Le prince veut être enterré au Danemark »

Malgré son refus d’être inhumé avec sa femme dans la nécropole royale de la cathédrale de Roskilde, comme le sont traditionnellement les couples royaux, le prince devrait être enterré au Danemark. Il « aime le Danemark et a travaillé pour le Danemark pendant plus de 50 ans. Le prince veut donc être enterré au Danemark ».

>> A lire aussi : Danemark: Le prince Christian sauvé de la noyade en Australie

Né Henri de Laborde de Monpezat, il avait rencontré sa future épouse en 1965 alors qu’il travaillait à l’ambassade de France à Londres. Après son mariage, sa personnalité bouillante n’a jamais vraiment conquis les cœurs des Danois, qui avaient raillé son départ à la retraite début 2016.