VIDEO. «You're Fired» ou la Maison Blanche de Donald Trump à la sauce téléréalité

ETATS-UNIS Anthony Scaramucci, le directeur de la communication de la Maison Blanche en poste depuis seulement dix jours, a fait les frais des bisbilles et d'une drôle de gestion ce lundi...

Philippe Berry

— 

Donald Trump fait la promo du jeu The Apprentice, en 2015.
Donald Trump fait la promo du jeu The Apprentice, en 2015. — C.PIZZELLO/AP/SIPA

« You’re Fired ! » C’est par cette célèbre phrase que Donald Trump annonçait aux candidats du jeu The Apprentice qu’ils étaient éliminés. Lundi, c’est le nouveau directeur de communication de la Maison Blanche, Anthony Scaramucci, qui a été viré seulement dix jours après sa prise de fonction et à la suite d’un gros dérapage.

En six mois, 16 cadres du gouvernement Trump ont été limogés ou ont démissionné, selon le décompte du L.A. Times, dont cinq ces deux dernières semaines. Plongée dans le chaos, déchirée par les fuites et les règlements de comptes, la Maison Blanche s’enfonce un peu plus dans la téléréalité. Comme s’en amuse le New York Post, c’est Survivor : White House Edition.

Cinq cadres écartés en dix jours

Le jeu des chaises musicales s’est accéléré le 21 juillet. Alors que le poste était vacant depuis deux mois, Anthony Scaramucci prend en charge la communication la Maison Blanche. Son arrivée provoque le départ du press secretary Sean Spicer, sur la sellette depuis un moment, remplacé par son adjointe Sarah Huckabee Sanders. Face aux caméras, cette dernière et Scaramucci promettent une « nouvelle ère », avec une unique priorité : parler d’une seule voix pour promouvoir l’agenda de Donald Trump.

>> A lire aussi : Le nouveau directeur de la communication de la Maison Blanche viré après dix jours

Tout dérape en moins d’une semaine. Anthony Scaramucci traite le chef de cabinet Reince Priebus de « putain de psychopathe paranoïaque » et se moque du conseiller Steve Bannon avec une métaphore très douteuse sur l’auto-fellation. Donald Trump joue les arbitres et annonce le départ de Priebus le lendemain, remplacé par l’ancien général John Kelly.

Sauf qu’au cours du week-end, John Kelly a demandé et obtenu la tête de Scaramucci, selon le New York Times, afin de remettre de l’ordre dans la Maison avec une discipline militaire. Pour résumer : Sean Spicer a démissionné pour laisser le champ libre à Anthony Scaramucci, qui a été limogé dix jours plus tard pour laisser le champ libre à John Kelly.

Le cirque médiatique 24h/24

Ce cirque médiatique est régulièrement ponctué de tweets de Donald Trump à toute heure du jour ou de la nuit pour annoncer un remaniement ou critiquer un membre de son équipe, comme le ministre de la Justice, Jeff Sessions.

Pour ne rien arranger, la Maison Blanche fuit comme le Titanic, et les citations anonymes d’employés désabusés, sur Politico ou dans le Washington Post, font office de confessionnal, semaine après semaine.

« On nage dans le chaos et la confusion, la Maison Blanche est en chute libre », juge Chris Edelson, professeur de sciences politiques à Washington University. Et selon lui, avec la rébellion de trois sénateurs sur Obamacare et les coups de gueule qui se multiplient, « les élus républicains sont en train de commencer à s’en rendre compte ».