Île de Kos: Après le séisme, «le calme revient progressivement»

RUINES Le bilan du séisme est de deux morts...

L.Gam. avec AFP

— 

Une mosquée de l'île de Kos partiellement détruite après le séisme qui a agité l'île dans la nuit du 20 au 21 juillet 2017.
Une mosquée de l'île de Kos partiellement détruite après le séisme qui a agité l'île dans la nuit du 20 au 21 juillet 2017. — Michael Probst/AP/SIPA

Risques écartés. Un puissant séisme a frappé dans la nuit de jeudi à vendredi l’île grecque de Kos et la station balnéaire turque de Bodrum en pleine saison touristique, tuant un Suédois et un Turc et faisant des centaines de blessés.

D’après la police, les victimes, âgées respectivement de 22 et 39 ans, circulaient dans le centre-ville, encore très animé malgré l’heure tardive, et ont été tuées par l’effondrement d’un bar ou par des pierres d’autres vieux bâtiments avoisinants qui ont subi d’importants dégâts.

En tout, 120 personnes ont été blessées à Kos. Dans la station balnéaire turque de Bodrum, sur la côte égéenne, 358 personnes ont été blessées et 25 d’entre elles sont pour l’heure toujours hospitalisées.

« La situation qui ne présente pas d’impact notable sur les séjours des clients »

Dans cette région très touristique du pourtour méditerranéen, la secousse d’une magnitude de 6 à 6,7 est survenue aux alentours de 1h30 du matin. Moins de vingt-quatre heures après, la situation revient peu à peu à la normale. Les voyagistes français, qui ne déplorent aucune victime sont rassurants pour les voyageurs en partance et à destination des zones concernées.

« A la suite du séisme intervenu vendredi au sud-est de la mer Egée et après consultation de l’ensemble des tour-opérateurs programmant la destination, le Seto tient à rassurer tous les clients à destination et en partance sur la situation qui ne présente pas d’impact notable sur les séjours des clients », indique un communiqué du Syndicat des entreprises du Tour operating (Seto).

« Aucun retour anticipé n’est à l’heure actuelle prévu »

L’île de Kos est habituellement très fréquentée par les jeunes touristes. La capacité des infrastructures touristiques s’élève à 100.000 lits et plus de 85 % sont actuellement réservés. « Les gens sont toujours inquiets mais le calme revient progressivement », a indiqué une source policière.

Selon un photographe de l’AFP, de nombreuses personnes se pressaient toutefois à l’aéroport, désireuses de quitter l’île. D’abord fermé pour évaluer les dégâts, ce dernier a rouvert dans la matinée, a indiqué Fraport, la société allemande qui l’exploite. « Il n’y a pas de mouvement de panique, les gens qui partent prennent leur avion comme prévu », a confié une source aéroportuaire à l’AFP.

>> A lire aussi : Vacances: Partir avec… soi-même

« Aucun retour anticipé n’est à l’heure actuelle prévu et les conditions générales de vente restent en vigueur et applicables », précise le SETO dans son communiqué, « Seuls des aménagements d’excursions et de croisières en bateau peuvent être mis en place selon les situations particulières de certaines zones ».

De son côté, le porte-parole du gouvernement grec, Dimitris Tzanakopoulos, a indiqué qu’hormis le port de Kos, qui a été fermé au trafic en raison d’un affaissement, les autres dommages étaient contenus.