Trump maintient l'accord sur l'Iran, mais menace de sanctions non-nucléaires

POLITIQUE Cet accord majeur de non-prolifération a été signé le 14 juillet 2015 par l’ancien président américain Barack Obama...

20 Minutes avec AFP

— 

Donald Trump devant la Maison blanche le 18 avril 2017.
Donald Trump devant la Maison blanche le 18 avril 2017. — Carolyn Kaster/AP/SIPA

Les tentions entre Téhéran et Washington semblent pour un temps apaisées. Le président des Etats-Unis Donald Trump a décidé de préserver l’accord avec l’ Iran sur son programme nucléaire en poursuivant la levée des sanctions. Toutefois, le chef d’Etat américain a averti qu’il pourrait imposer d’autres mesures punitives à la République islamique, ont annoncé lundi soir des responsables américains.

Cet accord majeur de non-prolifération a été signé le 14 juillet 2015 par l’ancien président américain Barack Obama, et l’administration Trump a estimé que Téhéran « remplissait les conditions » du texte, qui prévoit un contrôle de la nature pacifique du programme nucléaire, en échange d’une levée progressive des sanctions.

>> A lire aussi : Washington réclame à l'Iran la «libération immédiate» de tous les prisonniers américains

Trump ne met pas ses menaces à exécution

Le candidat républicain Donald Trump avait maintes fois promis durant sa campagne de « déchirer » le « pire » accord jamais paraphé par les Etats-Unis, mais il n’a pour l’instant pas mis ses menaces à exécution.

Depuis que cet accord international est en vigueur, le 16 janvier 2016, entre l’Iran et les grandes puissances (Etats-Unis, Russie, Chine, France, Royaume-Uni et Allemagne), l’administration américaine doit tous les 90 jours le « certifier » auprès du Congrès. C’est-à-dire attester que Téhéran en respecte les termes.

Le gouvernement de Donald Trump l’avait fait une première fois en avril et devait le « recertifier » ce lundi 17 juillet.

Des relations irano-américaines de nouveau extrêmement tendues

La décision positive était largement attendue, Washington ne voulant pas pour l’instant prendre le risque de se mettre à dos les autres pays signataires.

Mais les relations avec l’Iran sont de nouveau extrêmement tendues et la justice iranienne a condamné ce week-end un ressortissant américain à 10 ans de prison pour « infiltration ».

>> A lire aussi : L'Iran qualifie de «répugnante» la réaction de Donald Trump

En conséquence, les Etats-Unis ont indiqué – comme ce fut le cas en mai dernier – que de nouvelles sanctions seraient imposées à l’Iran pour son programme de missiles balistiques et ses actions « déstabilisatrices » au Moyen-Orient.

« Nous prévoyons la mise en œuvre de nouvelles sanctions qui concernent le programme de missiles balistiques iraniens », a souligné l’un des responsables de la Maison Blanche.