Irak: Deux journalistes irakiens tués par Daesh au sud de Mossoul

TERRORISME Un troisième journaliste serait toujours bloqué dans le village, près des dépouilles de ses confrères... 

20 Minutes avec AFP

— 

Les forces armées sont en lutte contre Daesh près de Mossoul, en Irak
Les forces armées sont en lutte contre Daesh près de Mossoul, en Irak — ARIS MESSINIS / AFP

Des djihadistes de l’organisation Etat islamique (EI) ont tué deux journalistes irakiens dans un village au sud de Mossoul en Irak, dans le nord du pays, a annoncé ce vendredi la chaîne de télévision qui les employait.

Selon la chaîne Houna Salaheddine (Ici Salaheddine), un troisième journaliste est toujours bloqué dans le village avec les dépouilles de ses deux collègues tués. La chaîne n’a pas précisé la date de l’attaque. Mais des combattants de l’EI se sont infiltrés dans le village d’Imam Gharbi plus tôt cette semaine, kidnappant des civils, et les forces irakiennes s’efforcent de les en chasser, selon des responsables militaires.

« Notre collègue Harb Hazza al-Douleimi, correspondant de la chaîne Houna Salaheddine, et Soudad al-Douri, le caméraman, sont tombés en martyrs » à Imam Gharbi, a indiqué la télévision dans un communiqué.

>> A lire aussi : En 2016, 57 journalistes ont été tués dans le monde, dont 19 en Syrie

« Ceci est peut-être mon dernier message »

Un autre correspondant de la chaîne irakienne, Mustafa Wahadi, est toujours piégé dans le village. Sur sa page Facebook, ce journaliste a indiqué que les forces de sécurité n’étaient pas encore venues à son secours. « La situation est très dangereuse autour de moi » et l’EI « est tout proche », a-t-il indiqué. « Ceci est peut-être mon dernier message, je vais peut-être être tué », a-t-il ajouté.

Le général de brigade Saad Maan, porte-parole du ministère de l’Intérieur, a confirmé la mort de deux journalistes dans le village d’Imam Gharbi et affirmé que d’autres étaient bloqués dans une maison avec des policiers. D’autres forces de sécurité tentent de s’approcher de la maison pour les sortir mais en sont empêchées par les tireurs embusqués de l’EI, a-t-il dit.

>> A lire aussi : VIDEO. Irak: Daesh fait exploser la mosquée de Mossoul où son chef s'était proclamé «calife»

L’Irak, un des trois pays les plus meurtriers pour les journalistes

Deux journalistes français et leur fixeur irakien ont été tués dans l’explosion d’une mine le mois dernier à Mossoul, où les forces irakiennes sont engagées dans la dernière étape de la bataille contre l’EI. En 2016, l’Irak a fait partie des trois pays les plus meurtriers pour les journalistes pour la quatrième année consécutive, selon le Comité pour la protection des journalistes.

Les journalistes étaient partis jeudi avec des forces de police pour rendre compte des opérations visant à déloger du village les 40 à 50 djihadistes qui s’y étaient infiltrés, a-t-il précisé.