«Kamikaze Riders»: Les interpellations ont été demandées par la France qui craignait un nouvel attentat le 14-Juillet

TERRORISME La France s’inquiète d’une nouvelle attaque à l’approche des célébrations du 14-Juillet…

Manon Aublanc

— 

Un coup de filet franco-belge s'est déroulé le 5 juillet 2017 lié à la préparation d'un attentat.
Un coup de filet franco-belge s'est déroulé le 5 juillet 2017 lié à la préparation d'un attentat. — DENIS CHARLET / AFP

Les interpellations des autorités franco-belges, qui se sont déroulées ce mercredi en banlieue de Bruxelles, ont été demandées par la France, inquiète de la possibilité d’un nouvel attentat le 14 juillet, selon des informations du Parisien.

La Belgique recherchait encore jeudi matin, « plusieurs suspects » au lendemain de la découverte d’une importante cache d’armes, à Anderlecht près de Bruxelles, craignant que les terroristes présumés puissent commettre un attentat, a expliqué Eric Van der Sypt, un porte-parole du parquet fédéral, à la chaîne de télévision flamande privée VTM.

>> A lire aussi : Coup de filet antiterroriste dans le Nord: La Belgique traque d'autres suspects

Un possible projet d’attentat visant la France ou la Belgique

Les enquêteurs cherchent à établir les liens entre le suspect français de 42 ans, arrêté à Wattignies (Nord), et les frères Akim et Khalid Saouti. Selon le Parisien, le quadragénaire aurait été vu, il y a quelques jours, portant un gros sac devant le box de garage d’Anderlecht. Nos confrères expliquent également qu’Akim Saouti faisait le guet à ce moment-là.

Le gros sac porté par le suspect français de 42 ans aurait été retrouvé quasiment vide à Wattignies. Les enquêteurs pensent que le Français aurait pu venir déposer des armes aux deux frères Saouti dans le cadre d’un possible projet d’attentat visant la France ou la Belgique.

>> A lire aussi : Bruxelles: La lettre d’un «Kamikaze rider» confirmerait les attentats prévus pour le Nouvel An

« Nous craignons qu’ils se sentent acculés après les perquisitions »

Pour rappel, Akim et Khalid Saouti, les grands frères de Saïd Saouti, fondateur des « Kamikaze Riders », ont été inculpés ce mercredi à Bruxelles pour « participation à un groupe terroriste » et placés en détention. Ils sont soupçonnés d’avoir voulu préparer un attentat à l’aide d’un important arsenal, dont des kalachnikovs et des détonateurs, rapporte une source proche de l’enquête.

« Nous craignons qu’ils se sentent acculés après les perquisitions. Nous craignons par conséquent la même réaction que le 22 mars 2016 » lorsque des djihadistes avaient mené une double attaque à Bruxelles (32 morts), après la découverte par la police de l’une de leurs caches lors d’un contrôle de routine, a expliqué jeudi le parquet fédéral.