C’est l’heure du BIM: Chaos au Parlement vénézuélien, Trump en tournée européenne et accueil de réfugiés syriens en France

RECAP' «20 Minutes» compile pour vous les infos qu'il ne faut pas manquer ce matin dans votre Bulletin d'information matinal (BIM)...

Noémie Seguin

— 

Des partisans du président vénézuélien Nicolas Maduro ont séquestré pendant neuf heures des députés et des journalistes mercredi 5 juillet 2017, après avoir violemment pénétré dans l'enceinte du parlement.
Des partisans du président vénézuélien Nicolas Maduro ont séquestré pendant neuf heures des députés et des journalistes mercredi 5 juillet 2017, après avoir violemment pénétré dans l'enceinte du parlement. — Fernando Llano/AP/SIPA

Vous avez manqué les infos de ce début de matinée ? On vous a concocté un récap' pour vous aider à y voir plus clair.

Trump commence à Varsovie une tournée européenne capitale
Donald Trump joue gros. Le président américain a atterri mercredi soir à Varsovie, début d’une visite de première importance en Europe où il assistera au sommet du G20 à Hambourg. Le premier voyage européen de Trump en mai avait révélé la profondeur de la méfiance entre les deux rives de l’Atlantique. Le deuxième est censé y remédier. Le président entame, par un pays pro américain, sa tournée de quatre jours où les dossiers sensibles ne manqueront pas, entre tensions transatlantiques et menace nucléaire nord-coréenne.

>> A lire aussi : Corée du Nord: Paris et Washington veulent de nouvelles sanctions, Moscou dit niet

Le président américain Donald Trump et son homologue chinois Xi Jinping auront un délicat entretien à Hambourg, leurs avis étant diamétralement opposés sur la Corée du Nord. Et la toute première rencontre bilatérale de Donald Trump avec Vladimir Poutine vendredi en marge du G20 ne s’annonce donc pas non plus sous les meilleurs augures. Une rencontre qui sera observée attentivement par leurs pairs, mais aussi aux Etats-Unis sur fond d’enquête sur l’influence russe dans l’entourage de Donald Trump.

Des députés vénézuéliens blessés lors d’un assaut par des partisans du président Maro
Près d’une centaine de personnes, certaines cagoulées, portant des bâtons et vêtues de rouge - la couleur du parti socialiste au pouvoir -, ont forcé mercredi le portail d’entrée du bâtiment du Parlement et pénétré dans les jardins et les couloirs. Le Parlement est l’unique institution du pays contrôlée par l’opposition. Les partisans du président vénézuélien Nicolas Maduro ont, selon un dernier bilan, blessé sept députés, dont trois avaient la tête en sang. Les vidéos et photos qui ont pu être diffusées sur les réseaux sociaux montrent une attaque d’une extrême violence et des députés complètement déboussolés.

>> A lire aussi : VIDEO. Venezuela: Un hélicoptère lance des grenades sur la Cour suprême

L’incident est survenu alors que le Venezuela traverse sa pire crise économique et politique depuis des décennies, secoué par une vague de manifestations demandant le départ du président Maduro et qui a fait 91 morts en trois mois.

Arrivée en France de seize premiers réfugiés syriens par « un couloir humanitaire »
Une nouvelle vie commence. « Fatigués » mais « en paix », les seize premiers réfugiés syriens bénéficiant d’un « couloir humanitaire » dans le cadre d’un accord entre l’Etat français et des associations chrétiennes sont arrivés mercredi soir à l’aéroport parisien de Roissy-Charles de Gaulle. « Pour la première fois depuis sept ans je me sens en sécurité », lâche Nasser au sortir de l’avion en provenance du Liban, sous les applaudissements des familles et des associations venues l’accueillir. Demain, il s’installera à Pau avec sa femme, leur fils et leur fille en chaise roulante. D’ici 2018, 500 réfugiés doivent être accueillis comme eux dans toute la France, comme le prévoit le protocole d’accord signé en mars entre l’Etat et trois associations catholiques et deux protestantes. L’accord prévoit une intégration « inclusive », explique François Clavairoly, président de la fédération protestante de France. Les hébergeants doivent « loger, nourrir » mais aussi accompagner « juridiquement, culturellement », les réfugiés.

>> A lire aussi : Journée mondiale des réfugiés: De Damas à Joigny, dans l'Yonne, une famille Syrienne «repart de zéro»