Corée du Nord: Le tir de missile est un «cadeau» aux «salauds d’Américains» selon Kim Jong-Un

TENSIONS Le dossier nord-coréen sera largement abordé par Donald Trump lors du sommet du G20 à Hambourg auquel Donald Trump va assister ce vendredi…

D.B. avec AFP

— 

Les gens regardent une émission de télévision évoquant le lancement d'un missile balistique intercontinental Hwasong-14, le mardi 4 juillet 2017. AP Photo/Lee Jin-man
Les gens regardent une émission de télévision évoquant le lancement d'un missile balistique intercontinental Hwasong-14, le mardi 4 juillet 2017. AP Photo/Lee Jin-man — Lee Jin-man/AP/SIPA

Les provocations de la Corée du Nord envers les Etats-Unis ont encore gravi un échelon ce mercredi. Après le lancement d’un missile balistique intercontinental (et reconnu comme tel par les Etats-Unis) mardi, jour de la fête nationale américaine, le dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un a enfoncé le clou.

Il a déclaré que c’était un « cadeau » aux « salauds d’Américains », selon l’agence de presse officielle nord-coréenne KCNA.

Trump minimisait la menace

La maîtrise d’un missile intercontinental est un succès majeur pour le régime de Pyongyang, dont l’objectif avoué est d’être en mesure de menacer le sol continental américain du feu nucléaire.

« Cela n’arrivera pas », avait promis en janvier le président américain Donald Trump. Reste que selon de nombreux experts, le Hwasong-14 testé mardi pourrait atteindre l’Alaska.

Réévaluer la menace, un impératif

Cette percée nord-coréenne, qui constitue un défi géopolitique pour la Maison blanche, impliquera une réévaluation de la menace posée par l’un des régimes les plus isolés au monde.

Pyongyang, qui a déjà mené cinq essais nucléaires et dispose d’un petit stock de bombes atomiques, soutient que son nouveau missile peut porter « une grosse tête nucléaire ».

Le G20 sera saisi de ce dossier

Moins de 24 heures après cet essai qui a été largement condamné par la communauté internationale, les forces sud-coréennes et américaines ont tiré de la péninsule plusieurs missiles de courte portée qui se sont abattus en mer duJapon.

Par ailleurs, Donald Trump entame mercredi un important voyage en Europe où il assistera à son premier sommet du G20 vendredi. L’essai nord-coréen d’un missile balistique intercontinental pèsera sur le climat des entretiens.

Le président Trump avait dans le passé affirmé que ce genre d’essai serait la violation d’une ligne rouge. Maintenant, ses amis et rivaux attendent de voir s’il s’agissait de simples éclats de voix ou d’annonce d’une action à venir. Donald Trump, qui a tenté en vain de convaincre Pékin d’accroître la pression sur Pyongyang, rencontrera le président Xi à Hambourg pour parler des mesures à prendre.