L'opération, une deuxième chance

M. D. - ©2008 20 minutes

— 

Kadiatou doit bénéficier dans les prochaines semaines d'une clitoridoplastie, une chirurgie réparatrice du clitoris. Elle sera opérée par le Pr Jean-Louis Bénifla à l'hôpital Trousseau (Paris 12e) après avoir rencontré une sage-femme, une sexologue et une psychologue. Cette démarche de « reconstruction » aura duré deux mois. Mise au point il y a dix ans par l'urologue Pierre Foldès, l'opération est remboursée par la Sécurité sociale depuis octobre 2005. Actuellement, une dizaine d'établissements la proposent, surtout en Ile-de-France.

Cette chirurgie simple, qui dure d'une demi-heure à une heure sous anesthésie générale, consiste en l'incision de la cicatrice de la mutilation et en l'extraction du corps du clitoris toujours innervé, rétracté derrière l'os. Il faut également « désinfibuler », c'est-à-dire séparer les petites lèvres soudées par la cicatrisation de la coupure ou cousues selon la pratique rituelle. Le résultat est douloureux pendant une dizaine de jours, mais les femmes témoignent d'une découverte d'un plaisir sexuel inconnu après quatre à six mois. Citée par Le Nouvel Observateur en juillet 2004, Aissa, alors âgée de 22 ans et opérée en octobre 2003, a repris une vraie vie sexuelle : « Ça n'a rien à voir avec avant. Maintenant, je vibre, je tremble en dedans. Des fois, je me pince tellement c'est bon. » Pour Kadiatou, cette opération est « un miracle » dont elle espère faire bénéficier ses filles quand elles seront plus grandes. En redevenant « entière », son « truc » de nouveau « à sa place », elle entend découvrir un plaisir qui lui a toujours été interdit. Peut-être même tomber amoureuse et refaire sa vie.