La Floride, une primaire de plus?

DECRYPTAGE Pourquoi l'élection de mardi est importante pour les républicains et pas pour les démocrates…

A.Sulzer

— 

Les républicains John McCain et Mitt Romney s'affrontent samedi en Floride dans une primaire cruciale pour la course à la Maison Blanche, où l'ex-maire de New York Rudolph Giuliani (photo) se bat pour une incertaine survie politique.
Les républicains John McCain et Mitt Romney s'affrontent samedi en Floride dans une primaire cruciale pour la course à la Maison Blanche, où l'ex-maire de New York Rudolph Giuliani (photo) se bat pour une incertaine survie politique. — Daniel Barry AFP/Getty Images
Une nouvelle primaire se tient aux Etats-Unis mardi. Et pas des moindres puisqu'il s'agit de la Floride. Mais pourquoi cette élection est-elle si capitale? Notre décryptage.

La Floride est-elle un Etat clé dans la course à l'investiture?


L'élection ne sera pas aussi déterminante que le «Tsunami Tuesday» du 5 février lorsque 22 Etats, dont la Californie et New York, se rendront aux urnes. Mais il s'agit néanmoins du premier «grand Etat» à entrer dans la danse des primaires. Avec 16 millions d'habitants, il s'agit du quatrième Etat le plus peuplé des Etats-Unis. Il est d'autant plus symbolique que ni franchement républicain ni franchement démocrate, c'est lui qui avait fait basculé le résultat final de l'élection présidentielle de 2000.

La Floride ne sera représentée néanmoins que par 57 délégués à la convention républicaine au lieu des 114 préalablement prévu. La direction nationale du parti a en effet décidé de sanctionner cet Etat qui a organisé ses primaires avant le «Super Mardi», à l'encontre des règles.

Quel est le principal enjeu de l'élection?

Savoir si Rudy Giuliani va rester dans la course ou pas. L'ancien maire de New York a en effet complètement fait l'impasse sur les précédents Etats. Il n'a actuellement aucun délégué élu à la convention républicaine. Sa stratégie était de miser tout sur la Floride où vivent de nombreux retraités new-yorkais. Autant dire qu'un échec mardi signifie probablement pour lui la fin du rêve d'accéder à la Maison Blanche.

Quelles sont les dernières tendances?

Deux sondages créditent John McCain, actuel favori, d'une avance infime sur le mormon Mitt Romney (33% contre 30% et 32% contre 31%). Rudy Giuliani est loin derrière à 14%. Mais attention, les électeurs américains ont prouvé à plusieurs reprises, notamment dans le New Hampshire, qu'ils aiment faire mentir les sondages. Dernier espoir pour Giuliani: plus d'un million d'habitants de Floride ont déjà voté et sont donc moins enclins à se laisser influencer par les enquêtes d'opinion.

Pourquoi ne parle-t-on pas des démocrates?

Les médias ne parlent pas des démocrates qui, pourtant, votent le même jour en Floride. Une bonne raison: la direction nationale du parti a décidé d'envoyer aucun délégué de Floride à la convention de Denver en août pour sanctionner l'Etat, comme les républicains. Une situation analogue a eu lieu dans le Michigan. Les primaires auront donc lieu «pour du beurre». Seule Hillary Clinton, en avance dans les sondages, a demandé que les résultats soient pris en compte. Mais sans doute en vain.

Suivez la campagne américaine sur notre blog USA2008...