Bush appelle à ne pas compromettre «le succès» en Irak

ETATS-UNIS Lors de son dernier discours sur l'état de l'Union...

Avec agence

— 

Le président George W. Bush a appelé lundi les Américains à garder confiance dans leur économie menacée de récession, et la classe politique à ne pas mettre en péril par un retrait, selon lui prématuré, la réussite de la mission des militaires américains en Irak.
Le président George W. Bush a appelé lundi les Américains à garder confiance dans leur économie menacée de récession, et la classe politique à ne pas mettre en péril par un retrait, selon lui prématuré, la réussite de la mission des militaires américains en Irak. — Tim Sloan AFP

George W. Bush a appelé ce lundi les Américains à garder confiance dans leur économie menacée de récession, et la classe politique à ne pas mettre en péril par un retrait, selon lui prématuré, la réussite de la mission des militaires américains en Irak.

Mise en garde contre un regain de violence

Le président américain a mis en garde contre le regain de violence ou le renouveau d'Al-Qaida qu'entraînerait un retrait précipité selon lui, mais réclamé par une majorité d'Américains.

«Membres du Congrès, après être arrivés aussi loin et avoir accompli autant, nous ne devons pas permettre cela», a-t-il lancé dans ce qui devrait être son dernier discours sur l'état de l'Union. George Bush a aussi prévenu l'Iran qu'il trouverait les Etats-Unis en face de lui s'il menaçait leurs soldats, et que les Américains défendraient leurs intérêts et ceux de leurs alliés dans le Golfe.

Mais, à l'aube des douze derniers mois de présidence Bush, la santé de l'économie et la guerre en Irak arrivent en tête des inquiétudes des Américains. Le Président a reconnu que l'économie traversait «une période d'incertitude». Mais «à long terme, les Américains peuvent être confiants dans notre croissance économique», a-t-il déclaré, bien que la menace d'une récession aux Etats-Unis ait semé la panique sur les places boursières mondiales dernièrement.

Appel à un plan de relance économique

«Je ne crois pas qu'il y aura récession», a-t-il dit plus tôt au programme de radio d'ABC. Pour le court terme, il a appelé le Congrès à adopter au plus vite un plan de relance qui a donné lieu à un rare accord politique la semaine dernière.

Selon la Maison Blanche, George Bush, dont l'action n'a plus l'approbation que d'environ 30% de ses compatriotes, se prêtait à la grand-messe politique de l'année avec l'intention de montrer à ses compatriotes, tentés de le croire dépassé, qu'il faudrait compter avec lui jusqu'en janvier 2009.